Xi Jinping a la voie libre pour rester au pouvoir

Le Parti communiste chinois (PCC) s’apprête à entreprendre « un nouveau voyage », mais absolument pas à changer de capitaine. Comme prévu, les 348 membres (197 titulaires et 151 suppléants) du sixième plénum du comité central du PCC ont approuvé, jeudi 11 novembre, une résolution « sur les succès majeurs et le bilan historique des cent années de lutte du parti » qui, dans les faits, permet à Xi Jinping de rester au pouvoir, à l’issue du XXe congrès du parti, convoqué pour le « second semestre de 2022 ».

« Le comité central a lancé un vibrant appel à tout le parti, à toute l’armée et à tout le peuple chinois multiethnique pour qu’ils s’unissent plus étroitement au comité central du parti rassemblé autour du camarade Xi Jinping », explique le communiqué de quatorze pages qui rend compte de la résolution, sans dire explicitement s’il la reproduit intégralement ou non.

Secrétaire général du parti, président de la République et président de la commission militaire centrale, Xi Jinping a fait modifier, en 2018, la Constitution, qui limitait à deux le nombre de mandats de président de la République qu’un même responsable pouvait exercer. Une limite établie, en 1982, par Deng Xiaoping, pour éviter toute dérive maoïste. Elu secrétaire général en 2012 et président de la République en 2013, Xi Jinping ne sera pas contraint de quitter le pouvoir en 2022.

Toute critique constituerait une dangereuse boîte de Pandore

Sur les quatorze pages (en anglais) du communiqué publié à l’issue du plénum, l’histoire du parti en occupe une douzaine. Les années Mao (de 1921 à 1976) sont évoquées sur environ deux pages, tout comme les années Deng Xiaoping, Jiang Zemin et Hu Jintao (époque qui va de 1976 à 2012). En revanche, les années Xi Jinping (moins d’une décennie) ont droit à plus de sept pages. De même, son nom apparaît à dix-sept reprises dans le communiqué, bien plus que ceux de Mao (sept), Deng (cinq), Jiang (une) et Hu (une) réunis.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Xi Jinping inscrit son nom dans l’histoire du Parti communiste chinois aux côtés de Mao Zedong et Deng Xiaoping

Contrairement aux deux précédentes résolutions sur l’histoire du parti adoptées jusqu’ici – en 1945, sous Mao, et en 1981, sous Deng –, celle de Xi Jinping ne comporte aucune trace d’autocritique. Une phrase la résume parfaitement : « Par cette lutte centenaire, le parti et le peuple ont écrit l’épopée la plus sublime de l’histoire plusieurs fois millénaire de la nation chinoise. » Deng Xiaoping avait jugé, en 1981, que le bilan de Mao était positif « à 70 % ». Tout le monde avait compris qu’à ses yeux le Grand Bond en avant (1958-1961) et la Révolution culturelle (1966-1976) avaient été des erreurs. On chercherait en vain la moindre référence à celles-ci dans la résolution actuelle.

Il vous reste 64.09% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to give thanks to the author of this article for this incredible material

Xi Jinping a la voie libre pour rester au pouvoir

Decode The News Podcast