July 25, 2021

Marché des transferts de la Juventus : Pjanic envoie des signaux pour le retour

Les bianconeri ne pourront clôturer l’opération avec Barcelone que face au transfert des licenciements au milieu de terrain

La route qui ramène Miralem Pjanic à Turin est longue : le Bosniaque le sait, la Juventus et Barcelone lui-même le savent. Néanmoins, le dialogue a été engagé, car tout le monde a intérêt à ce que le jeu d’échecs n’ait pas de perdants. Dans l’histoire il y a l’intérêt technique de Max Allegri, mais aussi l’attention de l’entreprise catalane, occupée à diviser par deux le salaire. Les règles de la Liga sont strictes et afin de réinscrire Leo Messi (bien que son salaire ait baissé de 60%), le président Juan Laporta et ses collaborateurs sont obligés de faire des efforts pour réduire de moitié les coûts salariaux astronomiques. Et Pjanic avec ses 8,5 millions de salaire net pour les trois prochaines années est un poids considérable pour les caisses Blaugrana. D’autant que Ronald Koeman, manager de Barcelone depuis août 2020, ne compte pas sur lui. Et, dans la diaspora catalane des stars (filantes), même le ressortissant bosniaque est obligé de faire ses valises.

RESTRICTIONS

Mais même les comptes des Bianconeri ne sont pas brillants. Et pour penser au retour du milieu de terrain né à Tuzla, il faut mettre dans la note de frais. Ainsi est née l’idée de proposer le passage d’Aaron Ramsey au blaugrana en prêt. Même l’ancien milieu de terrain gallois d’Arsenal, cependant, a un salaire de 8 millions et l’impression est qu’en Catalogne, ils ne peuvent pas se le permettre, même s’il y a eu une approbation technique. A tel point que les premiers contacts n’ont pas été encourageants. D’autres bianconeri pourraient également entrer dans les conversations, mais toute analyse approfondie est freinée par l’impossibilité de faire de réels échanges : en Espagne, des règles strictes sont en place pour éviter les plus-values ​​fictives. Et de toute façon, même le nouveau parcours de la Juventus prévoit une rupture nette avec le passé : désormais uniquement des échanges techniquement appropriés, sans endettement superficiel. C’est pourquoi chacun doit être patient et attendre le bon moment pour toucher la cible.

CONTACTS

En attendant, il y a les intrigues qui mènent Ramsey au Premier ministre : divers clubs sont intéressés, mais la pierre d’achoppement (évidemment) est son engagement. dans cette perspective, la Juve allouera les économies souhaitées sur ce front à la signature de Miralem. On parle évidemment de prêts annuels, car dans cette phase délicate il est difficile pour tout le monde de penser que les transferts se font de manière permanente ou sur la base de prêts pluriannuels. Ces salaires sont énormes, personne n’entend les supporter intégralement à moyen terme. Les joueurs en question doivent donc se préparer à se serrer la ceinture.

DISPONIBILITÉ

Pour sa part, Pjanić a manifestement déjà adopté cette solution depuis un certain temps. Des signaux explicites arrivent de son entourage : le Bosniaque est également prêt à faire quelques sacrifices économiques afin de revenir dans le match avec le maillot qu’il a porté pendant quatre saisons. Il voulait décoller le caprice de jouer avec Leo Messi, mais l’aventure à Barcelone n’a pas eu de fin heureuse sur le terrain, malgré ce riche contrat jusqu’en 2024. Et maintenant, à 31 ans, il a beaucoup développé, une grande envie. pour se venger. La Juventus est prête à lui donner une nouvelle opportunité, mais au juste prix. Ou plutôt, avec un salaire normal.

.