July 24, 2021

Turin, Milinkovic-Savic le propriétaire, Berisha la réserve

Le choix de Juric pour le choix du porteur de la grenade est clair : même avec peu d’apparitions en Serie A, l’entraîneur vise la croissance du Serbe lors de la retraite

Torino tourne la page dans les buts. Le club piémontais confie en effet la tâche de “numéro un” à Vanja Milinkovic-Savic, frère de Sergej (milieu de terrain de la Lazio), qui s’affichera en permanence après avoir goûté, sporadiquement, l’élite au cours des dernières saisons. entre Turin et Spal. Etrit Berisha a été choisie comme douzième. Il n’y a plus de place pour Salvatore Sirigu, gardien de poste ces dernières années chez Toro, tout frais champion d’Europe qui a récemment résilié le contrat qui le liait à la grenade. Il est destiné à Gênes.

LE CHOIX

Ivan Juric, nouvel entraîneur de Turin, a été très clair sur le choix de la grenade numéro un lors de la conférence de presse de la performance : « La propriétaire est Vanya, Berisha est la seconde ». Certainement un choix particulier, compte tenu du manque d’expérience de Milinkovic-Savic en Serie A (8 apparitions) par rapport aux courses disputées par la “douzième” Berisha en première division italienne (139).

Le choix, visant certainement à capitaliser sur l’investissement réalisé au fil des années dans Milinkovic-Savic, est également lié à des raisons extrêmement tactiques. Le Serbe a un style de jeu qui correspond mieux aux idées de Juric : Vanya, avec un passeport espagnol, est plus à l’aise pour jouer au ballon à pied et attaquer la surface que Sirigu. En fait, dans les quelques matchs joués, on peut voir comment il a souvent avancé sa gamme d’action permettant à l’arrière-garde de maintenir le centre de gravité « haut », l’un des principes tactiques de base du credo du football de Juric.

Doté d’un excellent retour, le gardien serbe cherche souvent la ‘tête’ du ‘Gallo’ Belotti en exploitant la ‘spécialité maison’ du long retour du gardien. Il est clair que Milinkovic-Savic doit s’améliorer dans les autres fondamentaux, mais la retraite servira justement à cela et le travail de « poule » de Berisha sera vital, qui ne pourra donner plus de confiance qu’au collègue moins expérimenté. Les hiérarchies en but sont établies, le Bull change de page entre les posts. Avec Sirigu, tout frais champion d’Europe avec l’Italie, les adieux sont officiels. Désormais, ce sera à Milinkovic-Savic de récupérer l’héritage.

.