July 25, 2021

Messi enfin couronné avec l’Argentine en battant le Brésil

Coupe du Tonnerre au Maracana ! Lionel Messi a finalement remporté son premier titre avec l’Argentine en domptant le Brésil de Neymar lors de la finale de la Copa America (1-0), samedi 10 juillet, mettant fin à vingt-huit ans de pénurie de son pays.

La cinquième était la bonne : après quatre finales de tournois majeurs perdues avec l’Albiceleste (Mondial-2014, Copa America 2007, 2015 et 2016), le sextuple Ballon d’Or a finalement levé un trophée avec le maillot de son pays. Porté en triomphe par ses coéquipiers après le coup de sifflet final, Messi, 34 ans, a terminé meilleur buteur et passeur du tournoi (4 buts et 5 passes décisives).

Lire aussi Copa America : Argentine-Brésil, une finale pour faire oublier à Messi et Neymar leurs vieux démons

Mais le héros de la finale s’appelle Angel Di Maria : le joueur du Paris SG a inscrit le but de la victoire argentine d’un splendide lob après une ouverture lumineuse de Rodrigo De Paul, également excellent au Maracana. Neymar, il n’a pas su influencer le match et a fondu en larmes après le coup de sifflet final, avant d’être réconforté par un câlin de Messi, son ancien coéquipier au FC Barcelone.

Une cruelle désillusion pour le Brésil

Pour le Brésil, on est loin du traumatisme du Maracanazo de 1950 contre l’Uruguay ou de l’humiliation du 7-1 infligée par l’Allemagne en demi-finale du Mondial 2014, mais cela reste une cruelle désillusion pour les supporters. du titre, qui avait triomphé dans les cinq autres éditions de la Copa disputées à domicile. Les hommes de Tite étaient invaincus en matchs officiels depuis le quart de finale de la Coupe du monde 2018 contre la Belgique (1-2). Ils avaient battu leurs grands rivaux argentins lors de leurs deux dernières rencontres en finale de la Copa America (2004, 2007) et en demi-finale de la dernière édition, en 2019.

L’Argentine, qui n’avait plus remporté de trophée depuis la Copa America 1993 en Equateur, a rejoint l’Uruguay en tête de la compétition, avec 15 trophées, tenant à distance les Brésiliens (9).

Pour ce match de gala, la mairie de Rio avait autorisé la présence de quelques milliers de supporters, avec une jauge de 10 % au Maracana pour le point culminant d’une compétition dans laquelle tous les matchs précédents s’étaient joués à huis clos en raison de la pandémie de Covid-19 qui a fait plus de 530 000 morts au Brésil.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, venu spécialement à Rio pour la finale, était également de la partie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’accueil de la Copa America suscite l’indignation de certains Brésiliens

Tension palpable

Le sélectionneur argentin Lionel Scaloni avait décidé d’aligner une équipe résolument offensive, avec Di Maria, remplaçant lors des trois derniers matchs, aux côtés de Messi et Lautaro Martinez en attaque.

Comme tout « superclassique » entre les deux monstres sacrés du football sud-américain, la tension était palpable dès le coup d’envoi.

La Seleçao a commencé à imposer un gros pressing, avec une agressivité rapidement sanctionnée par un carton jaune pour Fred dès la troisième minute de jeu. Neymar a aussi voulu marquer d’emblée son territoire, d’un coup de sombrero sur son ex-coéquipier du PSG Lo Celso en milieu de ligne (7e).

Mais après un début de match agité, avec un grand nombre de fautes de part et d’autre, la foudre est venue de Di Maria. Bien lancé par De Paul sur la droite à la limite du hors-jeu, l’ailier parisien a pris Renan Lodi en vitesse avant de tromper le gardien Ederson d’un beau lob (22e). Ce but a quelque peu assommé le Brésil et les vagues argentines ont continué à déferler, avec des frappes de Di Maria (28e) et Messi (30e).

Tite a tout tenté pour le tout en faisant venir un attaquant supplémentaire à la mi-temps, Firmino, à la place de Fred et la Seleçao a repris du poil de la bête. Richarlison s’est vu refuser un but pour hors-jeu (52e) et se heurte au gardien Martinez (53e) après une belle ouverture de Neymar dans la boîte. Gabigol s’est créé deux occasions en fin de match (82e, 86e), mais l’Argentine a tenu bon pour triompher dans le temple du football brésilien.

Lire aussi Coupe du monde 2018 : Messi, le rêve inachevé

Le monde avec l’AFP