August 5, 2021

La Hongrie sanctionnée pour le comportement “discriminatoire” de ses supporters lors de l’Euro

Cris racistes, chants discriminants, pancartes homophobes… La Fédération hongroise de football devra jouer trois matchs à huis clos, a annoncé l’UEFA vendredi 9 juillet. Ce dernier a également été condamné à une amende de 100 000 euros pour « Comportement discriminatoire de ses partisans », lors des trois matches disputés par la sélection hongroise à l’occasion de l’Euro.

Des cris racistes contre les joueurs noirs de l’équipe de France avaient notamment été lancés depuis la tribune où se trouvaient les ultras hongrois, à Budapest, le 19 juin. L’UEFA a également enquêté sur des banderoles et autres pancartes homophobes brandies par des supporters lors des autres matches du premier tour. , joué contre le Portugal et l’Allemagne.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Euro 2021, caisse de résonance des tensions politiques européennes

Le 20 juin, l’instance dirigeante du football européen a nommé « Un inspecteur éthique et disciplinaire » enquêter « Incidents discriminatoires potentiels dans la Puskas Arena, à Budapest ». L’enquête a été élargie après la découverte de prétendus chants et pancartes homophobes lors de l’Allemagne-Hongrie, jouée le 23 juin à Munich.

Une bannière #EqualGame en guise de sanction

Vendredi, l’organe de contrôle, d’éthique et de discipline a ordonné à la Fédération hongroise de « Jouer à huis clos ses trois prochains matches de compétition de l’UEFA à domicile, le troisième avec une période probatoire de deux ans à compter de la date de la décision », a annoncé le corps assis à Nyon. Cette sanction ne s’appliquera pas aux matches de qualification pour la Coupe du monde 2022, organisés par la FIFA et non par l’UEFA, est-il précisé.

Outre une amende de 100 000 euros, la Fédération hongroise devra “Afficher une bannière avec le message ‘#EqualGame’ et arborant le logo de l’UEFA” lors des réunions évoquées à huis clos, précise le communiqué. La campagne EqualGame est en place depuis quatre saisons pour lutter contre toutes sortes de discriminations.

Lors du premier tour de l’Euro, l’UEFA a été critiquée pour avoir refusé aux autorités de Munich (Allemagne) d’illuminer l’Allianz-Arena aux couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT et de l’ouverture, afin de protester contre une loi hongroise. jugé homophobe, à l’occasion du match Allemagne-Hongrie. L’UEFA avait invoqué une obligation de neutralité politique, tout en assurant sa “Engagement de Société” contre l’homophobie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “Nous n’acceptons pas que l’UEFA envisage de jouer la finale de l’Euro de football à Budapest”

Le monde avec l’AFP