August 5, 2021

Declan Gallagher, la deuxième chance

Dans Ne regarde pas en arrière avec colère, une chanson mondialement connue du groupe culte Oasis, Liam et Noel Gallagher vous invitent à ne pas regarder le passé avec amertume. On ne sait pas si Declan Gallagher, footballeur écossais du même patronyme que les frères rockeurs, écoute ce titre avant les matchs. Mais il est certain qu’il partage cette mentalité.

«Ce fut une période sombre de ma vie. Ce ne sont pas des circonstances dans lesquelles je veux me trouver. Mais ça m’a permis d’ouvrir les yeux et d’être là où j’en suis aujourd’hui », a-t-il déclaré à la branche écossaise de la BBC début juin.

Conditions ? Onze mois derrière les barreaux pour une agression brutale en 2013. Où est-il aujourd’hui ? Dans l’équipe écossaise pour l’Euro et toujours en lice pour une qualification pour les huitièmes de finale.

La terre comme exutoire

En 2013, Declan Gallagher a vu sa carrière déjà tortueuse – non retenue par le Celtic Glasgow, il a traversé les divisions inférieures du football écossais – prendre une tournure sinistre. Lors d’une fête, il agresse un homme avec une batte de baseball. Condamné à trois ans de prison, il purgera finalement une peine de onze mois.

En janvier 2017, celui qui évolue au poste de défenseur central sur le terrain, a purgé sa peine. Le club de Livingston, auquel il a adhéré en 2014 et qui l’a prolongé alors même qu’il était incarcéré, ne lâche pas prise. Derrière cette seconde chance se cache David Martindale, un homme qui connaît l’expiation. Condamné à six ans et demi de prison pour trafic de cocaïne, il a depuis été libéré et occupe le poste d’entraîneur adjoint au club de la région de Lothians.

Au téléphone, ce dernier explique simplement que Declan Gallagher méritait qu’on lui offre une opportunité de rebondir : « Je crois sincèrement que si vous payez votre dette envers la société, vous méritez une seconde chance. Nous analysons le présent des joueurs et non leurs actions dans le passé. “

Lire aussi Euro 2021 : l’Ecosse, tout sur l’équipe

Il se souvient avoir vu arriver un joueur déterminé à retourner sur le terrain. « Il était en bonne condition physique, compte tenu des circonstances dans lesquelles il vivait. Il avait juste besoin de temps de jeu. Il nous a rejoint un jeudi. Deux jours plus tard, il était titulaire. Nous avons gagné 3-1 et Declan a marqué. À la fin de cette saison, nous sommes passés en deuxième division », dit celui qui est désormais le principal manager du club. Dans une interview avec Héraut, l’international écossais ne cesse de remercier David Martindale : « Le club a toujours pris soin de moi (…). Je ne lui serai jamais assez redevable. “

En lice pour l’histoire

Ses performances attirent des clubs plus haut de gamme. Ce sera d’abord Motherwell puis Aberdeen, à l’issue de cet Euro. Une évolution qui ne surprend pas David Martindale : «C’est un défenseur qui évolue au niveau international depuis longtemps. Il a juste fallu plus de temps pour l’emporter en raison des circonstances. Il est très intéressé par la tactique, fort en duels et très bon en relance. Dans les vestiaires, c’est un leader naturel. Dès son plus jeune âge, il a voulu prouver qu’il pouvait jouer à un haut niveau, après son éviction du Celtic. Aujourd’hui, il montre qu’il a parfaitement saisi cette opportunité. “

Il poursuit : « Si vous voulez admirer le ressentiment qui habite Declan, regardez une vidéo de son match contre la Serbie [match de barrages pour l’Euro, remporté aux tirs au but par l’Ecosse]. Il a complètement étouffé Mitrovic, un très bon attaquant. J’étais ravie pour lui. “

Lire aussi Euro 2021 : à Londres, des supporters inséparables lors du match Angleterre-Ecosse

Vingt-trois ans plus tard, on entend à nouveau Fleur d’Ecosse, l’hymne national de la sélection écossaise, dans une compétition européenne. Et David Martindale est ravi :

« Pour être honnête, je n’aurais jamais imaginé revoir l’Écosse dans un grand tournoi. Donc encore moins Declan ! Mais quand Steve Clarke a été nommé manager, je savais qu’il avait une petite chance. Lorsqu’il était entraîneur de Kilmarnock, Steve a pu observer Declan, puisque nous nous affrontions. Et je pense qu’il apprécie son style de jeu : un joueur capable de relancer proprement, qui peut servir dans cette sélection. “

Pour l’instant, Declan Gallagher attend son heure dans les tribunes. Après une défaite contre la République tchèque (0-2), les Ecossais ont accroché le voisin anglais (0-0) et peuvent encore rêver d’une qualification historique pour les huitièmes de finale de l’Euro. Encore une histoire de chance à saisir.

check my source