July 25, 2021

un maximum de 10 000 spectateurs autorisés sur les sites olympiques

Les spectateurs pourraient bien assister aux JO de Tokyo, qui débuteront le 23 juillet. Les organisateurs des JO ont décidé, lundi 21 juin, d’autoriser les spectateurs locaux d’un tonnage de 50% sur les sites de compétition, et dans la limite maximale de 10 000 personnes .

Mais les compétitions pourraient se dérouler à huis clos si les infections au Covid-19 se multiplient à nouveau, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Les organisateurs et les autorités japonaises se sont finalement décidés à trente-deux jours du plus grand événement sportif international, secoué par la pandémie.

La décision d’autoriser les spectateurs contredit l’opinion des experts de la santé conseillés par le gouvernement qui estimaient qu’il serait “Idéal” d’organiser les Jeux Olympiques à huis clos.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Japon, la peur d’une « variante olympique »

Pas de spectateurs étrangers

En mars, les organisateurs ont pris la décision – sans précédent dans l’histoire olympique – d’interdire la venue de spectateurs en provenance de l’étranger, en raison d’un risque sanitaire jugé trop élevé. Et depuis, ils n’ont cessé de signaler cela aux spectateurs résidant au Japon, notamment pour prendre en compte au plus tard la situation réelle dans l’archipel.

Cinq parties étaient impliquées dans la réunion en ligne lundi : le comité d’organisation de Tokyo 2020, le gouvernement japonais, le gouvernement métropolitain de Tokyo, le Comité international olympique (CIO) et le Comité international paralympique (IPC).

Les athlètes ont été les premiers à craindre un huis clos, et certains sponsors avaient déclaré en privé qu’ils préféraient même un petit public. S’adressant aux autorités japonaises au début de la réunion, le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré que son organisation « Je soutiendrais totalement votre décision », qui vise à « Mieux protéger » la population japonaise et les participants. Cherchant visiblement à rassurer, il a également rappelé que plus de 80% des habitants du village olympique seraient vaccinés, ainsi que près de 80% des journalistes.

La levée de l’état d’urgence dimanche à Tokyo et dans d’autres départements a envoyé un signal plutôt favorable aux organisateurs, qui attendaient la décision du gouvernement japonais pour déterminer leur position sur les spectateurs locaux. Mais le gouvernement japonais a maintenu certaines restrictions au moins jusqu’au 11 juillet et le Premier ministre Yoshihide Suga a averti que celles-ci pourraient être renforcées si les cas de Covid-19 recommencent à augmenter et que le système médical est remis sur les rails. sous pression.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les Japonais ne veulent plus des JO de Tokyo, le gouvernement Suga sous pression

Le Japon, qui a fermé ses frontières en mars 2020, a été relativement épargné par la pandémie, par rapport à de nombreux autres pays, avec 14 400 décès officiellement enregistrés du Covid-19. Mais, pour des raisons administratives notamment, il a été très lent à lancer un programme de vaccination. À ce jour, moins de 7 % des Japonais sont complètement vaccinés.

Les organisateurs des JO ont donné des gages à la population en divisant par trois le nombre de délégués étrangers invités aux Jeux et en imposant des mesures draconiennes aux participants, avec des menaces d’expulsion en cas de non-respect des règles sanitaires. Les Jeux olympiques sont prévus du 23 juillet au 8 août et les Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre.

Le monde avec l’AFP

wikipedia reference