June 22, 2021

Les Parisiennes sacrées championnes de France pour la première fois

Les féminines du Paris-Saint-Germain ont remporté, vendredi 4 juin, le premier titre de leur histoire en D1 féminine, en battant Dijon 3-0, pour l’ultime journée de championnat. Une consécration qui brise 14 ans d’hégémonie de l’OL féminin. Les Parisiennes terminent la saison invaincues et avec 62 points, un de plus que les Lyonnaises qui terminent par une victoire rivière (8-0) contre Fleury.

Les filles du PSG avaient pris les commandes du championnat en novembre en battant leurs rivales lyonnaises 1-0 au Parc des Princes, et ne lâchent plus depuis. En fait, le titre leur tendait déjà la main depuis le tirage au sort obtenu dimanche dernier à Lyon. “On aurait aimé gagner mais ce 0-0 nous permet de garder les cartes en main”, a résumé la milieu de terrain Sara Däbritz après le match. « Il reste un match contre Dijon que nous devons gagner. Il n’y a pas eu d’euphorie”, avait tempéré son entraîneur Olivier Echouafni.

Lire aussi Football : le format du championnat de France féminin en question

Saison blanche pour les Lyonnaises

Nommé en 2018, l’ancien sélectionneur des Bleues a offert à la section féminine du PSG, vingt ans après sa dernière promotion dans l’élite, un titre jamais acquis auparavant. Ces trois dernières saisons, les joueurs de la capitale ont dû se contenter d’une place de dauphins derrière les imbattables Lyonnaises. Affaiblie par l’absence du Ballon d’Or Ada Hegerberg cette saison, cette dernière a signé une saison sans aucun titre, une première depuis 2006.

L’OL espère rebondir l’an prochain sous les ordres de Sonia Bompastor, nommée fin avril à la place de Jean-Luc Vasseur, entraîneur débarqué après une élimination de la Coupe d’Europe. Il faudra cependant apprendre à vivre sans la gardienne Sarah Bouhaddi, la milieu de terrain Dzsenifer Marozsán et l’attaquante Eugénie Le Sommer, toutes trois prêtées à la filiale américaine OL Reign jusqu’au 31 décembre 2021.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La crise du coronavirus met en lumière la fragilité du football féminin

Le monde avec l’AFP

my blog