June 25, 2021

Fiona Ferro, nouvel espoir du tennis féminin français

L’hécatombe qui a touché les Français au premier tour de Roland-Garros n’aura pas eu raison de tous les espoirs des Français. Jeudi 3 juin, Fiona Ferro, huitième de finaliste du tournoi – reporté pour cause de Covid-19 – à l’automne 2020, affronte au deuxième tour l’Américaine Jennifer Brady, actuelle 14e au classement WTA, mais mal à l’aise sur terre battue et à Roland-Garros, où elle n’a jamais dépassé ce stade de la compétition. Au tour précédent, la Française avait battu, certes sans brio et en trois sets, la qualifiée taïwanaise Liang En-Shuo.

Son nom reste sans doute moins connu du grand public que ceux de ses compatriotes Caroline Garcia et Alizé Cornet. Pourtant, à 24 ans, elle poursuit l’ascension qu’elle a commencée il y a deux ans. Une ascension rythmée par deux titres sur terre battue, à Lausanne en 2019 puis à Palerme en 2020, et récompensée d’un 39e place mondiale en mars 2021 – son meilleur classement à ce jour.

Signaler: Stefanos Tsitsipas solide, Caroline Garcia impuissante, Alexander Zverev déroule

Apparition précoce, épidémie récente

Fiona Ferro s’est affirmée, lors de sa carrière junior, comme l’un des principaux espoirs français de sa génération, au point d’embrasser une carrière professionnelle à l’âge de 15 ans, en 2012, et de disputer son premier Roland-Garros deux ans plus tard.

L’éclosion n’a cependant pas été immédiate pour cette joueuse au caractère discret, qui a tardé à prendre la mesure de son potentiel. « Avant, j’avais un peu de mal à me sentir à ma place, elle s’est confiée dans une interview à L’équipe en été 2020. Au cours des deux dernières années, il était un peu moins présent et maintenant il ne l’est plus. “

La saison 2019, avec le premier sacre à Lausanne mais aussi la victoire avec l’équipe de France lors de la Fed Cup, a marqué un déclic. Vient ensuite l’année 2020, confinement, stades vides, qu’elle parvient si bien à s’adapter qu’elle gagne en août à Palerme, en excluant l’Estonienne Anett Kontaveit, tête de série numéro 4 du tournoi, en finale, en deux sets.

En attendant, en décembre 2019, la Niçoise a choisi Emmanuel Planque comme entraîneur et s’est forgé un style de jeu solide : plus d’initiative dans les échanges, moins fébrile défensivement, plus sûr à la ligne de fond. Son ascension s’est poursuivie sans accroc jusqu’en avril, date à laquelle elle a été contrainte d’abandonner en quarts de finale de l’Open d’Istanbul.

Trouvez le top 50

Depuis, elle a dû soigner une déchirure des abdominaux, puis une entorse, et a aujourd’hui 51 ans.e place au classement WTA, toujours devant Garcia (58e), Cornet (65e) et Kristina Mladenovic (61e). Pour la première fois à Roland-Garros, Ferro assume le statut de numéro 1 française. Un statut qu’elle doit assumer malgré une condition physique pas tout à fait rétablie, comme en témoigne son premier tour poussif.

Son bon parcours à Porte d’Auteuil en 2020 et sa bonne disposition sur terre battue laissent espérer une agréable surprise pour sa septième participation au tournoi. Mais le tableau qui l’attend cette année pourrait s’avérer particulièrement difficile.

Rapport (Roland Garros 2020) : On n’arrête pas Fiona Ferro, fin de parcours pour Clara Burel

Si elle parvient à passer l’obstacle Brady jeudi, elle affrontera probablement l’Américaine Cori Gauff (17, 25e mondial), puis, dans un hypothétique huitième de finale, la numéro 1 mondiale, l’Australienne Ashleigh Barty, victorieuse de l’ocre parisien lors de sa dernière participation, en 2019.

En tout cas, ce serait l’occasion pour la native de Libramont-Chevigny, en Belgique, de retrouver le top 50. Et de s’affirmer au fil du temps comme la meilleure joueuse française du circuit, alors que depuis avril, pour la première fois depuis 1986, la France n’a placé aucun de ses joueurs dans le top 50.

Décryptage (Roland-Garros 2021) : l’horizon reste bouché pour les Français

« Je pense que cela nous dérange tous personnellement, Elle a concédé à cet égard, après sa victoire contre Liang. (…) Je sais que j’ai la capacité de faire mieux. Il y a certaines attentes, mais ce n’est pas par rapport aux autres, je pense que c’est avant tout par rapport à nous-mêmes. “

Ces attentes sont particulièrement portées sur elle, la plus jeune des quatre meilleures Françaises. Elle pourrait commencer à les combler dès jeudi si elle venait, en pleine stagnation française, s’imposer devant un public gagné à sa cause.

browse around this site