July 24, 2021

Des manifestants anti-vaccins français condamnés pour avoir utilisé une icône nazie

France-1234051099

L’étoile jaune portée par les manifestants français ce week-end est une référence aux étoiles jaunes que les nazis ont forcé les Juifs à porter, à des fins d’identification, dans les années 30 et au début des années 40.

SOPA Images/Getty

La France a subi trois blocages nationaux et son président veut en éviter un quatrième. A cet effet, le président Emmanuel Macron la semaine dernière a introduit un système de « passe-santé » qui obligera bientôt les citoyens à se faire vacciner contre le COVID-19 afin de fréquenter les cafés, restaurants, centres commerciaux et plus encore.

L’annonce a entraîné une augmentation des vaccinations – mais aussi des manifestations de masse dans tout le pays au cours du week-end.

Plus de 100 000 citoyens sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère face aux nouvelles règles, selon la BBC. Certains ont protesté en portant des étoiles jaunes sur leurs vêtements, souvent avec « non vacciné » écrit au centre, une référence aux moyens par lesquels les nazis identifiaient les Juifs dans les années 30 et 40.

Le survivant de l’Holocauste Joseph Szwarc a condamné la comparaison dimanche lors d’une cérémonie commémorant les crimes antisémites commis en France occupée par les nazis. “Je portais l’étoile, je sais ce que c’est”, a-t-il déclaré en commentaires traduit par AP. “Je l’ai toujours dans ma chair, il est du devoir de chacun de ne pas laisser passer cette vague scandaleuse, antisémite, raciste.”

L’iconographie de l’étoile jaune a déjà été utilisée lors de rassemblements anti-vaccins en Allemagne, ce qui a conduit en mai le commissaire à l’antisémitisme du pays à demander que son utilisation dans de telles manifestations soit illégale, la BBC a rapporté.

Après avoir complètement vacciné 40 % de la population française, les dirigeants du pays détournent désormais leur attention de acquérir un stock de vaccins encourager les citoyens réticents à en profiter. Un sondage de décembre 2020 a révélé que seulement 42% des Français obtiendraient un jab s’il leur était disponible, a rapporté The Economist, bien que ce nombre soit passé à 56% fin janvier, lorsque les dirigeants mondiaux ont commencé à se faire vacciner publiquement. La France a été durement touchée par le COVID-19, car seuls quatre pays – les États-Unis, l’Inde, le Brésil et la Russie – ont enregistré plus de cas.

Les États-Unis luttent également contre l’hésitation vaccinale. Plus de 99% des décès dus au COVID-19 la semaine dernière impliquaient des personnes non vaccinées, a déclaré les Centres de contrôle et de prévention des maladies. “Cela devient une pandémie de non vaccinés”, a déclaré vendredi dernier la directrice du CDC, Rochelle Walensky.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, a critiqué lundi les “comparaisons absolument abjectes” et a déclaré que le gouvernement “ne cédera pas à une dictature d’images et de propos scandaleux”, selon l’AP. En vertu des règles du pass sanitaire, l’admission dans les “lieux culturels et récréatifs” tels que les cinémas et les musées nécessitera soit une vaccination, soit un récent test COVID-19 négatif. Cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, maisons de soins et voyages longue distance seront ajoutés au programme en août.

“En fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous demander s’il faut rendre les vaccinations obligatoires pour tous les Français”, a déclaré Macron la semaine dernière.

Blog-1329235465

Kiran Ridley / Stringer

Au cours du week-end, d’autres manifestants ont brandi des pancartes qualifiant le laissez-passer sanitaire d'”apartheid sanitaire”, le comparant au système sud-africain de domination blanche où les citoyens noirs et métis bénéficiaient de moins de droits jusqu’en 1994. Député français au Parlement européen la semaine dernière qui, dans un tweet maintenant supprimé, a déclaré que le laissez-passer de santé était “l’apartheid au pays des droits de l’homme”.

Les protestations contre le laissez-passer sanitaire ont conduit au vandalisme d’au moins deux cliniques de vaccination contre le COVID-19, dont l’un a été retrouvé en feu dans ce que la police considère comme une tentative d’incendie criminel. Mais alors que le laissez-passer sanitaire a poussé plus de 100 000 citoyens à exprimer publiquement leur opposition, il a poussé beaucoup plus vers les cliniques de vaccination. Environ 1,7 million de rendez-vous de vaccination ont été pris dans les 24 heures qui ont suivi le discours de Macron, rapporte Reuters.