July 29, 2021

En Tunisie, la vaccination sera ouverte à tous les adultes pendant deux jours

Pour rester informé de l’actualité africaine, abonnez-vous à la newsletter « Monde Afrique » à partir de ce lien. Tous les samedis à 6h, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traités par la rédaction de « Monde Afrique ».

Vaccination du président tunisien Kaïs Saïed, le 12 juillet 2021 à Tunis.

La vaccination anti-coronavirus sera ouverte à tous les adultes en Tunisie mardi et mercredi, jours fériés religieux, a annoncé lundi 19 juillet le ministre tunisien de la Santé Faouzi Mehdi, alors que des cliniques privées sont réquisitionnées pour soutenir les hôpitaux débordés.

La Tunisie, dont les stocks de vaccins sont restés limités jusqu’à récemment, n’a vacciné intégralement que 913 000 personnes, soit environ 8 % de sa population, un taux qui reste parmi les plus élevés d’Afrique.

Lire aussi L’Afrique face au Covid-19 : flambée des décès qui augmentent de 43% en une semaine

Face à la catastrophe sanitaire que connaît le pays en proie à une recrudescence des cas de contamination, Tunis a reçu ces derniers jours des dons et des promesses de plusieurs millions de doses de vaccin. « Nous avons décidé d’organiser des journées portes ouvertes pour la vaccination les mardi et mercredi dans 29 centres pour tous les résidents de plus de 18 ans », a annoncé le ministre de la Santé lors d’une conférence de presse.

Ces journées de vaccination coïncident avec l’Aïd Al-Adha, une grande fête musulmane à l’occasion de laquelle les familles se réunissent. Les vaccins Sinopharm et AstraZeneca seront administrés, ce dernier étant réservé aux plus de 45 ans.

« Nous tenons bon »

Depuis plusieurs semaines, les hôpitaux tunisiens sont submergés par un afflux important de patients au milieu d’une nouvelle vague de propagation du SARS-CoV-2, qui atteint des niveaux sans précédent.

Le pays de 12 millions d’habitants a enregistré 145 décès par jour en moyenne au cours de la semaine écoulée. Depuis le début de la pandémie, quelque 16 500 décès y ont officiellement été enregistrés.

Ces derniers jours, les hôpitaux publics ont tiré la sonnette d’alarme sur le manque d’oxygène et les unités de soins ont connu des pénuries inquiétantes.

Lire aussi La diaspora tunisienne se mobilise face à une situation sanitaire « catastrophique »

Le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a annoncé samedi qu’il réquisitionnait des cliniques du secteur privé dans plusieurs zones particulièrement touchées, notamment à Tunis et dans des stations balnéaires de l’est du pays comme Sousse, Monastir ou Nabeul.

Le ministre de la Santé, indiquant que la consommation d’oxygène du pays était passée de 25 000 litres par jour en temps normal à 230 000 litres actuellement, a démenti tout décès lié à un manque d’oxygène. « Nous tenons bon », a-t-il assuré.

Le monde avec l’AFP