July 25, 2021

A Paris, un festival de musique “mezzo voce”

Interdiction? Quelle interdiction ? Postés ce lundi 21 juin en début de soirée à l’angle de la rue de l’Arbalète et de la rue Mouffetard, les deux musiciens du groupe Bye Bird, l’un guitariste et chanteur, l’autre saxophoniste, savourent le plaisir de rejouer devant un public. Celui des déplacements au bureau, des parents ramenant leur enfant de la crèche en poussette et de ceux qui viennent tard faire leurs courses dans ce quartier commerçant du 5e quartier parisien.

Lorsque nous leur rappelons que les concerts amateurs dans l’espace public sont interdits par un texte du ministère de la Culture fixant les conditions dans lesquelles la Fête de la Musique peut se tenir en cette période particulière marquée par l’épidémie de Covid-19, les deux les jeunes musiciens disent, d’un ton qui semble sincère, l’ignorer. L’apprendre ne les empêchera pas de continuer à jouer, sous les encouragements et les remerciements des passants.

Point : Fin du couvre-feu, restaurants, cinémas : ce qui est autorisé, restreint ou interdit en France à partir du 20 juin

Il faut dire que le groupe n’est pas gêné par l’ingérence qui d’habitude, le 21 juin, plonge le quartier dans la cacophonie. La plupart des bars, qui ouvrent habituellement leur salle ou leur terrasse à la formation musicale, ont préféré abandonner, compte tenu des restrictions imposées par le gouvernement : obligation pour le public de rester assis conformément à la jauge, et interdiction des rassemblements. plus de dix personnes à l’extérieur. “On ne veut pas passer notre temps à faire la police, ce n’est pas notre métier”, déclare un gérant de bar.

La police, elle est présente, qui arpente la rue mais n’intervient pas pour faire taire un chanteur qui propose un joli moment musical sous un porche, où se rassemblent une trentaine de personnes. En revanche, ils s’imposent un peu plus loin sur la place de la Contrescarpe, où les terrasses sont bondées de jeunes partageant des bières, au son de la musique enregistrée, mais où les promeneurs n’ont pas le droit de se garer pour « Respecter la distanciation sociale », dit un policier.

« Release party » sur les quais

Même ambiance un peu plus loin, le quartier de l’Odéon. Il y a très peu de groupes amateurs qui jouent en live, dans l’ADN de la Fête de la Musique. Quelques reprises échappent au Tennessee Jazz, rue André Mazet (6e), et le bruit des clients entassés dans la rue recouvre le plus souvent la voix du chanteur, iPhone en main pour suivre les paroles.

Le long des quais de Seine, des groupes de jeunes semblent chercher un endroit pour s’amuser. Vers 21 heures, un rassemblement improvisé via les réseaux sociaux de plusieurs centaines de personnes avait entraîné la fermeture du jardin des Tuileries. Deux heures plus tard, la foule a envahi les berges du fleuve pour chanter et danser. Faute de concert, de petits haut-parleurs assurent l’ambiance, le temps de partager chips et bière sans pression de couvre-feu, avant que la pluie ne tombe sur la capitale.

Vous avez 68,17% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Click This Link