July 25, 2021

Crise diplomatique autour de la mine de charbon de Turow en Pologne

Quel prix la Pologne est-elle prête à payer pour continuer à extraire du charbon ? Après avoir, seul parmi les 27 de l’UE, renoncé à l’aide européenne à la transition énergétique afin de ne pas être obligé de s’engager à atteindre la neutralité climatique d’ici 2050, il encourt désormais des sanctions financières. lié à l’exploitation de sa mine de Turow, à l’extrême sud-ouest du pays.

Cependant, ce n’est pas la contribution de l’installation aux émissions de gaz à effet de serre et au changement climatique global qui est en cause, mais son impact local sur l’eau et les sols. Creusée en strates successives pendant plus d’un siècle, la mine à ciel ouvert mesure aujourd’hui près de 20 km de large.2 et par endroits dépasse 200 mètres de profondeur. Il forme ainsi une dépression qui tend à attirer vers lui les cours d’eau voisins, avec pour effet d’enfoncer le terrain au-dessus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’UE échoue à adopter la neutralité carbone en 2050

La mine de Turow est unique en ce qu’elle borde l’Allemagne et la République tchèque dans une région qui a longtemps été décrite comme “Triangle noir” à cause de son air très pollué. A partir des années 1990, l’intégration européenne a permis de résoudre ce problème, tout en accordant de facto à chacun des pays concernés le droit de contrôler les activités de leurs voisins.

Plainte embarrassante

Devenues moins dépendantes du charbon que la Pologne, qui en tire encore 75 % de sa production d’électricité, les régions frontalières de Saxe en Allemagne et de Liberec en République tchèque espéraient que leur partenaire suivrait leur exemple et fermerait la mine de Turow. Datant de 1994, sa concession d’exploitation devait expirer en avril 2020, mais a finalement été prolongée par les autorités polonaises à quelques mois avant la date d’expiration jusqu’en 2044.

Estimant qu’il n’était pas correctement associé à cette décision alors que le droit européen exige de telles consultations dans les projets ayant un impact environnemental transfrontalier, le gouvernement tchèque a saisi la Cour de justice de l’UE en février pour faire constater l’irrégularité du renouvellement. de la concession et, dans l’attente d’un jugement au fond, obtenir la fermeture provisoire de la mine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Belgique, le destin européen du site minier du Grand-Hornu

Depuis la création de cette juridiction dans les années 1950, seules quelques procédures d’infraction ont été lancées par un État membre contre un autre, les capitales préférant généralement laisser la Commission européenne supporter les coûts politiques de ces actions. En dix-sept ans d’adhésion à l’UE, la Pologne n’avait jamais été la cible d’une telle plainte, d’autant plus embarrassante qu’elle émane d’un pays perçu comme un proche allié dans le cadre du groupe de Visegrad.

Vous avez 49,89% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

read here