June 21, 2021

le rapporteur public demande au gouvernement de renforcer sa politique climatique

La pression monte pour forcer le gouvernement à muscle ses politiques de lutte contre le changement climatique afin de respecter ses engagements en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES). Cette fois, elle ne vient pas de la rue et des promeneurs pour le climat mais de la salle des contentieux du Conseil d’Etat. A l’issue d’une audience tant attendue, vendredi 11 juin, le rapporteur public, Stéphane Hoynck, a invité la plus haute juridiction administrative à ordonner au Premier ministre de « Prendre toutes les mesures utiles pour infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre produites sur le territoire national afin d’assurer sa compatibilité avec les objectifs » de France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Des sous-traitants aux clients, les entreprises contraintes de suivre leurs émissions de carbone

Dans une décision inédite rendue le 19 novembre, le Conseil d’État a donné trois mois au gouvernement pour « Justifier que la trajectoire de réduction à l’horizon 2030 peut être respectée ». La France s’est engagée à réduire ses émissions de 40 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990 et à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Le rapporteur public n’a pas été convaincu par les arguments fournis par le gouvernement. Ce dernier a proposé la loi Climat et Résilience, en débat au Sénat à partir du lundi 14 juin. « Manque d’ambition » du texte a été dénoncé notamment par le Haut Conseil pour le climat. Le mémoire transmis par l’exécutif au Conseil d’Etat s’appuie également sur une étude confiée au Boston Consulting Group pour évaluer l’impact carbone de l’ensemble des mesures prises depuis le début du quinquennat, au regard de l’objectif à l’horizon 2030. .

« Pas sur le bon chemin »

Les conclusions du cabinet de conseil montrent pourtant que la France n’est pas dans les clous. “Seulement une petite partie” le potentiel de réduction des émissions attendu d’ici 2030 « Semble probablement être affecté », le reste étant « Peut-être affecté » et « Difficile à atteindre ». Le scénario le plus optimiste suggère une baisse de 38 % des émissions d’ici 2030 : un “Défier” ce qui suppose ” mobiliser des ressources politiques, financières et humaines sans précédent », point à étudier. Le Haut Conseil pour le climat considère que la France n’est pas sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs. Elle a largement dépassé son budget carbone – le plafond des émissions de gaz à effet de serre – pour la période 2015-2018, et « Le taux de réduction des émissions est actuellement insuffisant ».

Il vous reste 59,54% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

find more