June 25, 2021

Modèle en crise, les maisons de repos tentent de se réinventer

Il y a les chiffres, implacables. Plus de 37 500 résidents des maisons de retraite sont décédés du Covid-19 depuis mars 2020. Il y a aussi des histoires personnelles, souvent douloureuses. Au deuil s’ajoutent les épreuves d’isolement dans les chambres des pensionnaires, les restrictions de visites imposées à leurs familles, parfois excessivement restreintes alors que la campagne de vaccination s’achève dans l’établissement.

« Les logiques sécuritaires et sanitaires mises en place par ces institutions pendant l’épidémie ont conduit à un excès de sécurité. Au risque de devenir ce que l’on pourrait qualifier d’« institution totalitaire » », peut-on lire dans une enquête publiée en octobre 2020 par l’Espace éthique d’Ile-de-France, sous la direction du philosophe Fabrice Gzil. Meurtris par la pandémie, les Ehpad ont vu leur étoile s’estomper un peu plus. « Nous avons perdu la bataille de l’opinion, déplore Pierre Gouabault, directeur de plusieurs EHPAD du Loir-et-Cher. Le modèle n’a pas pris en compte les nouvelles aspirations sociétales. ”

Article réservé à nos abonnés Lire aussi À l’EHPAD Jacques-Bonvoisin à Dieppe : « J’ai piétiné ma chambre pendant deux semaines sans pouvoir franchir la porte »

Cependant, les maisons de retraite sont-elles un modèle dépassé? La question fait sursauter les gens. « La maison de retraite est morte, vive la maison de retraite ! “, veut en croire Jérôme Guedj, co-fondateur du think tank Matières grises, avec Luc Broussy, qui rassemble les principaux acteurs du secteur. Ensemble, ils ont rédigé et publié, jeudi 3 juin, un rapport sur « la maison de retraite du futur », qui proclame l’urgence de « Changer radicalement de modèle » avec seize propositions.

L’étude vise à redorer l’image de l’institution, qui doit se transformer pour se préparer à accueillir les « Le vieil homme de demain » de « La génération de 1968 épris de liberté ». Si la sécurité est nécessaire, au sein des maisons de repos, la liberté doit être la valeur cardinale. Parmi les bonnes pratiques recommandées figurent la mise en place d’horaires de repas à la demande, des menus à la carte avec des produits bio si possible, etc. Le rapport suggère que les droits de visite soient rendus presque “Inaliénable”. « Les familles revendiquent une place dans nos établissements, a rappelé jeudi Laure de la Bretèche, présidente du groupe Arpavie. Il faut vraiment le leur donner ! “

” Comme à la maison “

Pour contrer le « Ehpad bashing » qui prévaut, le rapport prône également une « Révolution architecturale » dans bon nombre des 7 000 établissements en France. En effet, plus d’un tiers des maisons de repos n’ont pas été rénovées depuis 1999. La suggestion est surprenante, alors que le problème numéro un souvent mis en avant est le faible nombre de personnel de chevet. Les auteurs justifient ainsi leur choix. « Ce n’est que lorsque tous les acteurs auront été convaincus qu’il est possible de construire un nouveau modèle d’EHPAD, attractif et bienveillant, qu’il y aura consensus sur la nécessité de trouver des financements pour augmenter le ratio de soignants », soutient M. Guedj.

Il vous reste 67,2% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

learn the facts here now