June 24, 2021

Un retour vertueux à la source pour l’eau en bouteille

L’eau du robinet étant aussi pratique que surveillée en permanence en tant que concurrente, l’eau en bouteille, qu’elle soit de source ou minérale, est en difficulté. Depuis un an, leur marché a baissé de 3,3% en volume et en valeur, en lien avec la prise de conscience du désastre de la pollution plastique. Comment peuvent-ils restaurer leur image ? Quelques entrepreneurs indépendants ont retroussé leurs manches pour réinventer cette industrie.

« En novembre 2020, nous avons caché notre mur d’eau, testifies Ferréol de Bony, the purchasing director of La Grande Epicerie de Paris. Avec la crise, notre département n’était plus adapté à la demande. Beaucoup d’entre nous se promènent maintenant avec une gourde. ” En 2012, son magasin avait en effet magistralement présenté tout un mur de bouteilles d’eau de France et d’ailleurs, comme des millésimes rares. « Mais, avec ce que nous avons connu en 2020, il y a une baisse de la consommation d’eau transportée en bouteilles, ce qui donne une mauvaise image écologique. Nous sommes en route vers un retour à une consommation plus locale », précise l’acheteur.

L’eau la plus pure sur Terre

Il est certain que l’eau fidjienne, qui provient d’un puits artésien sur Viti Letu, la plus grande île de l’archipel fidjien, a intérêt à avoir de solides vertus pour rejoindre Paris. Si son succès perdure malgré tout, c’est qu’elle est considérée comme l’eau la plus pure de la Terre. La Grande Epicerie fut l’une des premières à l’importer en France. Mais cela reste une exception dans cet univers en évolution rapide.

D’autres marques d’eau doivent se réinventer, avec des éditions limitées en avant-première par exemple, comme lorsque Perrier s’est associé à l’artiste Takashi Murakami. La mode vient alors à la rescousse, ouvrant un nouveau monde aux bouteilles d’eau, celui des arts de la table.

La solution de Nestlé Waters (propriétaire de Perrier) n’est pas vraiment celle des autres, qui se fient à leurs valeurs gustatives et nutritionnelles. Si l’eau comme Châteldon surmonte les crises, c’est parce que sa finesse n’est pas reproductible à la maison.

« La façon dont nous traitons l’eau est la façon dont nous traitons les gens. » Damien Chalret du Rieu, co-fondateur de La Compagnie des Pyrénées

Depuis une dizaine d’années, nombre d’entrepreneurs, soucieux des enjeux écologiques, ont acquis des gisements avec l’intention de les exploiter le plus vertueusement possible. Chacun a longuement étudié la question et trouvé sa solution innovante et unique.

Vous avez 55,39% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Find Out More