June 21, 2021

Folk Segovia revient en juillet avec une douzaine de concerts

Ségovie populaire
Clara Luquero, Cristina Ortiz et Alberto Espinar présentent le programme. / L’AVANCE

Le festival de musique traditionnelle vétéran Ségovie populaire célèbre sa XXXVIIe édition du 1er au 4 juillet avec une programmation riche qui comprend dix concerts, deux ateliers gratuits, deux expositions et plusieurs défilés. L’organisation du festival, qui est parrainé par le Conseil municipal de Ségovie, a travaillé pendant des mois pour pouvoir offrir au public de Ségovie un programme diversifié qui rassemble à la fois des artistes et des groupes vétérans ainsi que des groupes émergents avec une grande projection dans le domaine de la musique racine.

La cérémonie d’ouverture du festival aura lieu le jeudi 1er juillet à L’Alhondiga, lieu du festival, à 19h00, avec entrée gratuite jusqu’à pleine capacité. Il y aura un bref concert de la rabelista palencienne Miguel Abad, qui présentera son projet solo Miguel Rabel, avec un répertoire varié interprété avec différents instruments et percussions traditionnelles de manière divertissante et surprenante. Une demi-heure avant, à 18h30, il y aura un défilé mettant en vedette le École Dulzaina de Ségovie de l’Azoguejo à l’Alhóndiga lui-même.

Jeudi également, il y aura deux représentations dans le Jardin du Zuloaga (San Juan de los Caballeros). A 21h00, l’artiste de Ségovie Fernandez Hurtado présentera A-Raigambre, un spectacle inédit qui mêle peinture vivante et musique traditionnelle, et dans lequel le peintre sera accompagné de plus d’une dizaine les musiciens de la ville. Elle sera suivie d’un concert de La Ronda de Ségovie, une formation avec 45 ans d’expérience, qui offrira au public son large répertoire de mélodies et de styles tels que fandangos, romances, Seguidillas, messes, airs, chansons de travail ou jotas.

Le vendredi 2 juillet, il débutera par un défilé de la fanfare galicienne vétéran Feu d’orteil, dont la cornemuse et les percussions résonneront dans la vieille ville de Ségovie à partir de 18h30. À 20h00, le folkloriste et anthropologue cantabrique Manuel Luna se produira à La Alhóndiga avec son projet ‘Brena la musique‘, avec les musiciens Chema Murillo et Luis Angel Jorrin. Il présentera les chansons de son plus récent album : «La sucette de La Havane”.

A 21h15, le École de Dulzainas de San Lorenzo, dirigé par Jésus Costa, fera un tour de l’Azoguejo à la place du quartier mentionné. Là, à partir de 22h, ce sera au tour de Le Karamba, projet musical basé à Barcelone et formé par six femmes de pays différents, dont le répertoire se nourrit de rythmes latins tels que le son, cha cha chá, salsa et timba, et qui ose des styles tels que la musique urbaine. Ils présenteront leur album “Je marche comme ça.”

Le samedi 3 juillet, les défilés reprendront le centre de Ségovie à partir de 12h00, avec les groupes Les Ruches (Guadalajara), Enracinement (Salamanque) et Matachines de Tarazona (Albacete). A 19h00, La Alhóndiga accueillera le concert de Marala, un trio formé par Selma Bruna, Clara Fiol et Sandra Monfort, qui propose une musique aux racines traditionnelles d’un point de vue jeune et féminin, avec une grande attention à la polyphonie. Ils présenteront leur album ‘Au lever du soleil‘.

Deux concerts auront lieu samedi à San Juan de los Caballeros. À 21h00, le combo galicien se produira Xosé Lois Romero & Alibori, qui montrera au public de Ségovie les chansons de son deuxième album : “Latex.” Puis, à 22h20, ce sera au tour du musicien vétéran et vulgarisateur de Valladolid Eliseo Parra, qui revient à Folk Segovia avec les chansons de son dernier travail en studio : Chanter et battre”.

Le dimanche 4 juillet, comme la veille, il y aura des défilés dans le centre historique de la ville par Las Colmenas, Arraigo et Matachines de Tarazona. La Alhóndiga accueillera deux ateliers gratuits : à 11h00 un atelier sur les chants pastoraux de la main de Manu Sequera, et à 16h30 un atelier de percussions ibériques avec le percussionniste Fran Lucas. Pour les deux ateliers, l’inscription aura lieu à l’Alhóndiga à partir d’une demi-heure avant le début, jusqu’à ce que la pleine capacité soit atteinte.

À 20h30, le groupe Valladolid se produira à San Juan de los Caballeros Folk de Caltrop, qui fête ses 25 ans et présente son quatrième album : «Le Rêve qui survit ». Après leur concert, à 22h00, un groupe de Ségovie récemment créé clôturera le festival : mauvais garçon, qui montrera au public une identification directe de la tradition plus ancestral avec le présent le plus immédiat.

Pendant les quatre jours du festival, le public pourra visiter gratuitement deux expositions dans les installations de La Alhóndiga : une exposition d’instruments traditionnels appartenant au folkloriste et musicologue de Ségovie Pablo Zamarron, et un échantillon photographique avec le titre “Folk en el 84”, du photographe Paco Manzano. Au même endroit se tiendra le salon du disque de Discos La Malinche, avec une large sélection de vinyles et de CD de musique racine des deux groupes présents au Festival et d’autres du bas de son catalogue.