July 24, 2021

Cannes 2021 : Jour du Drapeau, Compartiment n°6, The Divide | Festivals et récompenses

Les scènes de Sean et Dylan Penn ensemble sont au cœur du film, et en les regardant converser, vous voyez un acteur faire une percée – et ce n’est pas Sean. Couvrant une gamme d’âges et de phases dans la vie de Jennifer, Dylan s’avère être un artiste émouvant et aux multiples facettes. C’est dommage qu’elle joue face à son père, qui a grand besoin d’un réalisateur pour dire non à chaque sourire narquois et sourcil levé ; à chaque tic, il sape son propre matériel. Il a peut-être opté pour une ambiance de vendeur louche, mais en gros plan, il ressemble plus à un morceau de cuir vivifié avec des poils sur le visage (et une succession de dos distrayants).

Malgré un aspect saisissant et légèrement granuleux (il a été tourné sur pellicule), le style de “Flag Day” est également omniprésent. Il est possible que les scènes de 1975 soient censées refléter l’idéalisation de Jennifer de son enfance, mais la façon dont Penn entrelace des paysages ruraux et une voix off écrasée, elles ressemblent davantage à sa tentative de remake “Les jours du paradis.” Ce n’est pas le contexte de cette forme de poésie.

Également en compétition, “Compartiment n°6” est le premier long métrage du réalisateur finlandais Juho Kuosmanen depuis “Le jour le plus heureux de la vie d’Olli Maki”, qui a remporté le premier prix dans la section Un Certain Regard du festival en 2016. Mais il ne se déroule pas en Finlande mais en Russie, où Laura ( Seidi Haarla), une étudiante finlandaise qui s’intéresse à l’archéologie, vit à Moscou. Elle est censée faire un voyage pour voir les pétroglyphes à Mourmansk avec sa propriétaire et amante, Irina (Dinara Drukarova), qui présente clairement Laura aux autres comme son “amie finlandaise”. Mais Irina décide de rester en arrière. Chaque fois que Laura l’appelle des arrêts le long du trajet lent (c’est toujours l’ère des téléphones publics), Irina est mauvaise pour décrocher ou décrocher rapidement. Il s’agit de donner un indice à votre petite amie, puis de l’envoyer littéralement au cercle polaire arctique.

Laura finit par partager un compartiment de train avec Ljoha (Yuriy Borisov), un mineur turbulent et grivois qui semble aussi incompatible avec elle qu’il pourrait l’être. Il va à Mourmansk pour travailler et ne comprend pas son désir d’aller dans un endroit aussi reculé pour voir des gravures rupestres. Et à partir de cette configuration, vous pourriez vous attendre à ce que “Compartiment n° 6” se transforme en une comédie pour couples impairs. Ce qui est d’abord frustrant, et finalement attachant, dans le film, c’est qu’il refuse d’emprunter cette voie, ni même d’être particulièrement drôle. Kuosmanen recherche quelque chose de plus doux-amer et insaisissable, l’histoire de deux personnes qui apprennent à se faire confiance parce qu’on leur donne le temps de le faire et parce qu’il y a peu d’autres qui ont la patience pour elles.