August 5, 2021

à Amiens, des lycéens travaillent sur la mémoire du patrimoine ouvrier

Bien sûr, il manquait l’agitation des mille ouvriers, la fumée sortant des hautes cheminées et le bruit sourd de la salle des 500 métiers. Mais, en flânant sur les 13 hectares de friches de l’ancienne usine Cosserat d’Amiens, les élèves du lycée technologique Edouard-Gand ont très vite perçu le poids de l’histoire ouvrière nichée derrière les façades classées de la fabrique de velours.

C’est une véritable immersion dans le passé industriel d’Amiens pendant un an ces élèves des trois filières du bac pro (services à la personne, métiers de la mode et services de proximité animation vie locale). Kévin Desnoyers, 17 ans, étudiant en 1 et futur animateur, n’arrive toujours pas à y croire. « Avec les professeurs, il y a certains projets où je donne ma présence. Là, pour la première fois de ma vie, j’ai donné ma motivation. »

Une de ses camarades de classe, Valentine Labelle, 16 ans, confirme : « On savait que ce projet ne serait pas anodin et moi qui n’aime pas trop l’histoire, j’ai adoré. Pendant un an, on n’a pas pris de cours d’histoire, on l’a vécu pour de vrai. C’était l’histoire, à Amiens. »

Succès en librairie

La nouvelle est celle d’un professeur de littérature-histoire-géographie de 39 ans convaincu que, pour intéresser ses élèves de 1 bac pro, il faut les confronter à la réalité du terrain. A la manière du professeur John Keating du Cercle des poètes disparus, Louis Teyssedou les a plongés dans le passé de la Manufacture Cosserat, emblématique fabrique de velours et de coton fondée en 1794 à Amiens, et il a ainsi balayé avec eux les chapitres de l’industrialisation, de la pollution industrielle, de la Première Guerre mondiale ou de la question sociale.

“Nous sommes fiers. Notre professeur nous a fait aimer l’histoire », raconte Valentine Labelle, lycéenne.

Juste avant le deuxième confinement, les lycéens ont visité l’usine puis emprunté une trentaine de documents aux archives départementales. Lettres manuscrites du XIXe siècle, des plans réalisés à la plume, des photos en noir et blanc qui racontent l’histoire de la hiérarchie masculine face aux ouvriers alignés derrière les métiers à tisser : toute cette matière jusque-là enfouie a donné naissance à un livre sur le monde du travail de l’usine en velours.

Olivia, élève du lycée Edouard-Gand.

Le livre De Cosserat tu parleras, entièrement réalisé par une quarantaine d’élèves du lycée technologique Edouard-Gand, était exposé dans la vitrine de la plus grande librairie d’Amiens. Les 300 exemplaires se sont vendus en quelques jours. “Nous sommes fiers, sourit Valentine Labelle. Notre professeur nous a fait aimer l’histoire. ”

Vous avez 54,36% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

More Help