July 25, 2021

Sexe, avec ou sans amour ?

LE SEXE SELON MAÏA

Préférez-vous faire l’amour ou « faire l’amour » ? Habituellement, il n’y a pas de photo : la première option implique une forme de transcendance et de choix du partenaire, la seconde passe pour triviale, impersonnelle, vaguement honteuse, voire hygiénique. Techniquement parlant, les rapports sexuels peuvent être les mêmes. Mais symboliquement, les deux actes n’appartiennent même pas à la même galaxie.

Pour l’anthropologue américaine Helen Fisher, l’amour et le sexe ne remplissent pas les mêmes fonctions dans notre évolution. Dans une interview pour Magazine Vox, en avril 2018, elle a déclaré : « Le désir sexuel est largement orchestré par la testostérone, tant pour les hommes que pour les femmes, tandis que l’amour romantique est orchestré par la dopamine. Je vois l’amour romantique comme un moteur fondamental dû à des millions d’années d’évolution, servant à concentrer son énergie reproductive sur un seul partenaire. Le désir sexuel nous fait rechercher beaucoup de partenaires différents, l’amour romantique nous fait rechercher un partenaire à la fois. “

Article réservé à nos abonnés Lire aussi SOS Maïa : comment réussir à faire durer les couples ?

Pour reprendre une métaphore guerrière, le sexe serait une arme de destruction massive (indifférencié) tandis que l’amour incarnerait la frappe chirurgicale (focalisée).

Cette différence se double d’une hiérarchie claire : faire l’amour, c’est mieux. Même notre grammaire est conforme au consensus : quand on fait l’amour (article défini), on fait « tout » l’amour, mais quand on fait du « sexe » (article partitif), on ne fait qu’un seul morceau d’amour. sexualité. Bien sûr, l’expression « faire du sexe » n’est pas très correcte en français, mais elle est couramment utilisée. Et quand on dit « avoir une relation sexuelle », c’est encore l’article indéfini qui est utilisé… Et qui nous renvoie au monde des plaisirs interchangeables : une relation, parmi toutes les relations.

Venons-en à nos brebis : cette prééminence de l’amour est-elle absolument nécessaire ? Doit-on vraiment accorder du crédit à cette division abrupte entre une sexualité romantiquement investie et une fornication froide et sans émotion ?

Étiquettes

Pour commencer, revenons à la déconnexion possible entre le sexe et l’amour. Biologiquement, les deux sont liés : lorsque vous avez des relations sexuelles avec quelqu’un, les hormones qui se déclenchent (dopamine, ocytocine, vasopressine) créent de l’attachement. Mais bien sûr, cet alignement des planètes ne se produit pas à chaque fois : la plupart d’entre nous ont eu des relations sexuelles avec des personnes qui nous ont consternés. A l’inverse, on peut aimer sincèrement son partenaire… sans le désirer sexuellement. Au contraire, le grand télescopage amour-sexe se produit tôt dans une relation.

Vous avez 70,14% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

imp source