Lors de son procès, un prisonnier de Guantanamo raconte les tortures qu’il a subies

Majid Khan est le premier détenu de la prison militaire de Guantanamo à raconter publiquement les tortures qu’il a subies aux mains de la CIA. Ce Pakistanais a détaillé, jeudi 28 octobre, lors de son procès devant un tribunal militaire, les sévices qu’il a endurés pendant trois ans, infligés par l’agence de renseignement américaine.

Ancien messager d’Al-Qaida, Majid Khan, 41 ans, a expliqué aux juges militaires avoir été battu, agressé sexuellement et soumis à des noyades simulées après sa capture au Pakistan, en 2003.

Dans une lettre de 39 pages lue jeudi à l’audience, Majid Khan, qui a grandi au Pakistan avant d’émigrer aux Etats-Unis avec sa famille, a raconté avoir été suspendu par des chaînes pendant plusieurs jours d’affilée, nu et sans manger, dans des cellules sans fenêtre de prisons secrètes de la CIA dans des pays non identifiés.

Lire aussi La justice confirme le non-lieu dans l’affaire des tortures à Guantanamo

Ballotté de 2003 à 2006 entre plusieurs sites secrets, il a décrit des interrogatoires brutaux, le visage cagoulé plongé dans des bains d’eau glacée, la tête maintenue sous l’eau jusqu’à ce qu’il parle.

« Ils me frappaient jusqu’à ce que je les supplie d’arrêter. Le pire, c’était de ne pas savoir quand les coups allaient venir, ni d’où ils partiraient. »

Ses interrogateurs menaçaient de s’en prendre à sa famille aux Etats-Unis et de violer sa sœur. Ses lunettes, sans lesquelles il se dit quasi aveugle, ont été cassées. « J’ai dû attendre trois ans avant d’en recevoir une nouvelle paire. »

Privation de sommeil, lavements forcés

Plusieurs nuits de privation de sommeil l’ont laissé hébété. « Je me rappelle avoir eu des hallucinations, voir une vache et un lézard géant. J’avais perdu tout contact avec la réalité. »

Il a subi des lavements forcés entre deux interrogatoires et a été nourri de force par une sonde anale lorsqu’il était en grève de la faim, ce qui lui a laissé des séquelles permanentes.

Un tuyau d’arrosage lui a été introduit dans l’anus, pour le réhydrater, lui a-t-on dit. « J’ai été violé par des médecins de la CIA. Alors que j’étais ligoté, ils ont introduit des tubes et des objets dans mon anus. »

« Chaque fois que j’étais torturé, je leur disais ce que je pensais qu’ils voulaient entendre. Je mentais pour que les violences s’arrêtent », a-t-il raconté. Mais « plus je coopérais et je parlais, plus j’étais torturé ».

Une enquête du Sénat américain sur l’usage de la torture par la CIA après les attentats du 11 septembre 2001 corrobore son témoignage.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les 20 ans du 11-Septembre : Guantanamo, l’impasse du non-droit

« Les mots forts de Majid (…) révèlent les atrocités dévastatrices commises par notre propre gouvernement au nom de notre sécurité nationale, a déclaré une de ses avocates, Katya Jestin. Le programme de la CIA a été un échec, et il était contraire à nos principes démocratiques et à l’Etat de droit. »

Des regrets exprimés

Majid Khan était arrivé à l’âge de 16 ans à Baltimore, à 50 km de Washington, où il a appris l’anglais dans la station-service de son père, avant de poursuivre sa scolarité dans un collège local.

Le jeune homme, qui avait été recruté par des membres de sa famille appartenant à Al-Qaida pendant une visite au Pakistan, était passé aux aveux quelques jours après sa capture, le 5 mars 2003, à Karachi. Il avait reconnu avoir participé à une tentative d’assassinat du président pakistanais et avoir remis 50 000 dollars à des membres d’Al-Qaida en Indonésie, une somme qui avait financé un attentat contre un hôtel.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés A Guantanamo, la cruelle banalité du quotidien

Il a obtenu le droit de raconter publiquement les traitements qu’il a subis lorsqu’il a plaidé coupable en 2012. Il a regretté ses actes. « Cela fait près de vingt ans que je suis détenu et maintenu à l’isolement, j’ai payé cher », a-t-il dit. « Je rejette Al-Qaida, je rejette le terrorisme. » Il a été condamné, vendredi, à 26 ans de détention, mais compte tenu d’un accord passé avec le juge lorsqu’il a plaidé coupable, il pourrait être libéré en 2022.

Majid Khan a assuré au tribunal qu’il n’en voulait pas à ceux qui l’ont torturé. « Je serai en paix quand je me serai pardonné et quand j’aurai pardonné aux autres le mal qu’ils m’ont fait, a-t-il assuré. A ceux qui m’ont torturé : je vous pardonne. Tous. »

Le Monde avec AFP

We would love to give thanks to the writer of this post for this incredible content

Lors de son procès, un prisonnier de Guantanamo raconte les tortures qu’il a subies

Decode The News Podcast