July 29, 2021

Avec le rachat, les commandes d’avions géants sont de retour

Le renouveau de l’aéronautique se confirme mois après mois. Un rebond qui fait le bonheur des avionneurs Airbus et Boeing. Pour preuve, au cours du premier semestre, le constructeur européen a livré 297 appareils. C’est une centaine de plus qu’à la même période en 2020, où le numéro un mondial de l’aéronautique n’avait livré que 196 avions à ses clients.

L’avionneur européen n’est pas le seul à reprendre forme. Son grand rival américain Boeing reprend également ses couleurs, avec 45 livraisons en juin. Son meilleur score depuis mars 2019, avant la crise, lorsqu’il avait livré 54 appareils. « Le marché reprend du poil de la bête », se félicite Airbus. Cependant, l’avionneur européen n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant-crise. Loin de là ! Par rapport à 2019, il manque encore une centaine d’appareils.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’assemblage de l’Airbus A321XLR illustre la reprise d’activité dans le secteur aéronautique

Les avionneurs ne crient pas encore victoire. Comme l’admet Airbus, « Les prévisions sont principalement basées sur les carnets de commandes en cours ». Autrement dit, les deux rivaux vivent encore majoritairement de leurs acquis. Il faut dire qu’ils sont énormes. Airbus a une commande de près de 7 000 appareils, dont plus de 5 600 appareils de la famille A320. C’est plus de dix ans de production garantie. Affecté par la crise du 737 MAX, le carnet de commandes de Boeing est un peu moins étoffé, avec « seulement » 4 166 appareils à produire.

Néanmoins, l’heure est à l’optimisme des deux côtés de l’Atlantique. En plus des livraisons, les commandes sont également de retour, après des mois de disette. Airbus a immatriculé 73 en juin. Selon les chiffres publiés, mardi 13 juillet, le constructeur américain a, pour sa part, gonflé son carnet de commandes, en juin, de 146 appareils supplémentaires. Il s’agit de son meilleur score depuis juin 2018, lorsqu’il avait alors accumulé 233 avions. Mais le signal le plus fort de la sortie de crise est le retour des commandes géantes.

« Décarboner les flottes d’avions »

Fin juin, la société américaine United Arlines a annoncé un contrat estimé à plus de 30 milliards de dollars (25,4 milliards d’euros) pour l’achat de 270 appareils, dont 200 Boeing 737 MAX et 70 Airbus A321. Il s’agit de la plus grosse commande de l’histoire de l’entreprise américaine. Elle n’est pas la seule. Fin mars, Southwest Airlines, une autre des majors du ciel à l’étranger, avait déjà passé une commande de 100 Boeing 737 MAX.

Vous avez 51,84 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.