July 28, 2021

A Paris, on se bouscule pour louer des scooters

En annonçant, le 15 juin, l’entrée en vigueur à partir de 2022 du stationnement payant pour les deux-roues à moteur thermique, la Ville de Paris a donné un coup d’accélérateur significatif à la location de scooters électriques dans la capitale. Une activité qui attire un nombre croissant d’opérateurs. En quelques semaines, Cityscoot, le seul en lice depuis le retrait, en 2019, de Coup, a vu émerger trois nouveaux concurrents déterminés à trouver leur place sur le marché parisien.

Lire aussi A Paris, le stationnement sera payant pour les motos et scooters non électriques à partir de 2022

Depuis avril, la société américaine Lime a élargi son offre de vélos et trottinettes électriques en présentant ses premiers scooters, dont un millier d’unités devraient circuler à la fin de l’été. La start-up française Yego, présente à Bordeaux et dans trois villes espagnoles, a également commencé à proposer ses véhicules électriques vert pastel au look vintage. Il vise une flotte de taille à peu près comparable. Fondée par trois entrepreneurs français à Barcelone, considérée comme la capitale européenne des scooters en libre-service, Yego a levé 14 millions d’euros pour financer son développement.

Rassurer les clients

Dernier né à Paris, l’opérateur Cooltra est le leader européen de la location courte durée de deux-roues en milieu urbain. L’entreprise, fondée en Catalogne, compte 16 000 scooters électriques disponibles dans six pays (Autriche, Espagne, Italie, Portugal, République tchèque et France depuis le 28 juin) et dans une vingtaine de villes dont Barcelone, Madrid, Milan et Rome, avec un part de marché allant de 50 % à 100 %. D’ici septembre, 2 000 de ses scooters seront proposés aux usagers de la capitale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les gens tombent amoureux lorsqu’ils apprennent qu’ils ne pourront plus utiliser leur voiture » : les « zones à faibles émissions » inquiètent les plus modestes

« Paris représente le plus grand marché d’Europe en nombre de déplacements, et nous allons mettre en avant notre expérience et notre qualité de service avec l’objectif de conquérir à terme 30 % du marché », assure Timo Buetefisch, fondateur de Cooltra, qui vient de procéder à une augmentation de capital de 20 millions d’euros, dont 9 millions destinés à financer son implantation dans la Ville Lumière.

L’arrivée de nouveaux haut-parleurs a permis d’introduire certaines améliorations, comme l’absence de code à composer sur le scooter ou la généralisation de la présence de deux casques.

Cooltra, qui a repoussé son arrivée de plusieurs mois en raison des contraintes de déplacements imposées par la situation sanitaire, mise sur ses scooters à grandes roues italiens pour rassurer une clientèle largement composée de néophytes du deux-roues, d’anciens automobilistes ou d’ex-usagers des transports en commun . En fonction du succès de ses services dans les prochains mois, la compagnie envisage d’augmenter sa flotte et d’étendre son rayon d’action au-delà de Paris intra-muros voire vers d’autres grandes agglomérations françaises.

Vous avez 53,74% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.