June 25, 2021

Venise accueille son premier bateau de croisière depuis le début de la pandémie

C’est un retour diversement apprécié. Venise a accueilli, jeudi 3 juin, son premier navire de croisière en dix-sept mois. le Orchestre MSC, arrivé à vide à l’aube du port grec du Pirée, doit repartir samedi après-midi avec environ 650 passagers. Ils devront présenter un test Covid-19 négatif datant de moins de quatre-vingt-seize heures pour pouvoir embarquer et seront soumis à leur arrivée à un nouveau test, qui, s’il est positif, les empêchera d’embarquer. .

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Venise mise sur le « pass vert » italien pour lancer sa saison touristique estivale

Le navire n’est autorisé à embarquer que la moitié de sa capacité de 3.000 passagers, pour respecter les mesures sanitaires dues à l’épidémie. Il doit s’arrêter à Bari (Pouilles, sud de l’Italie), Corfou (Grèce), Mykonos (Grèce) et Dubrovnik (Croatie). Lors de l’escale de deux jours à Venise, l’équipage approvisionnera le navire.

Deux événements annoncés

Preuve que la présence de ces géants des mers dans la lagune de Venise fait encore polémique, deux événements sont prévus samedi, jour du départ du Orchestre MSC : l’un pour soutenir leur présence, l’autre pour la dénoncer.

Les écologistes pensent que les vagues générées par les navires de croisière, de plusieurs centaines de mètres de long et de plusieurs étages, érodent les fondations des bâtiments de Serenissima.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Venise, un accident pose la question de l’interdiction des bateaux de croisière

Cette semaine, une pléthore d’artistes internationaux, de Mick Jagger à Wes Anderson, Francis Ford Coppola et Tilda Swinton, ont envoyé une lettre ouverte au président italien Sergio Mattarella et au Premier ministre Mario Draghi pour demander entre autres un « Dernier arrêt » du trafic des navires de croisière à Venise.

Cette lettre, intitulée « Décalogue pour Venise », appelle également à une meilleure gestion des flux touristiques, à la protection de l’écosystème de la lagune et à la lutte contre la spéculation immobilière, pour protéger « Intégrité physique mais aussi identité culturelle » de la cité des Doges.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un autre tourisme est-il possible ? De la petite station balnéaire des Alpes à la Thaïlande, la pandémie de Covid-19 a servi de choc électrique

Le monde avec l’AFP

hop over to these guys