L’acquittement de Kyle Rittenhouse divise les Etats-Unis

Non coupable : les douze jurés du tribunal de Kenosha, dans le Wisconsin, ont acquitté, vendredi 19 novembre, Kyle Rittenhouse, 18 ans, un an après qu’il a tué avec son fusil automatique AR-15 deux manifestants et en a blessé un troisième lors d’émeutes survenues dans cette ville, sur les bords du lac Michigan, dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 août 2020.

Six fois, Kyle Rittenhouse a entendu le jury dire « non coupable » pour six chefs d’inculpation. Il a serré son avocat dans ses bras, tandis que les familles des victimes étaient consternées. Tous les médias américains ont alors lancé des éditions spéciales, dans cette affaire qui divisa les Etats-Unis en pleine campagne électorale, à l’été 2020, et la déchire aujourd’hui sur son système judiciaire et le droit d’user de son arme au nom de la légitime défense.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Après le meurtre de deux manifestants à Kenosha, les Etats-Unis paralysés par la violence d’extrême droite

« Je m’en tiens à ce que le jury a conclu. Le système de jury fonctionne et nous devons le respecter », a immédiatement déclaré le président, Joe Biden, avant de se reprendre dans un communiqué, où il concède que « le verdict à Kenosha laisse de nombreux Américains en colère et inquiets, moi y compris ».

Les parents d’une des victimes, Anthony Huber, tué à 26 ans, ont déploré le « message inacceptable » envoyé par le tribunal de Kenosha : « Le verdict d’aujourd’hui signifie qu’il n’y a aucune responsabilité pour la personne qui a assassiné notre fils. Cela envoie le message inacceptable que des civils armés peuvent se présenter dans n’importe quelle ville, inciter à la violence, puis utiliser le danger qu’ils ont créé pour justifier de tirer sur des personnes dans la rue. »

Les faits s’étaient déroulés lors d’une révolte de manifestants Black Lives Matter (« les vies noires comptent »). Le 23 août 2020, à Kenosha, un policier blanc tire à sept reprises dans le dos d’un Afro-Américain, Jacob Blake, à la suite d’un appel pour des violences conjugales. L’incident, filmé, déclenche des émeutes dans la petite ville lacustre, semant la désolation, avec des dizaines de voitures incendiées et des bâtiments du centre-ville saccagés, voire détruits. Le surlendemain, mardi, des milices blanches armées jusqu’aux dents se rendent dans le centre-ville, selon elles pour protéger la ville et ses biens, prêts à en découdre avec les manifestants défenseurs de Jacob Blake.

Le système judiciaire compliqué du Wisconsin

En dépit du couvre-feu imposé par la police, les affrontements éclatent. Parmi les miliciens, un jeune adorateur de la police âgé de 17 ans, Kyle Rittenhouse, arrive avec son arme, alors qu’il n’en a pas le droit, sous les yeux de la police locale, qui le laisse faire. L’affaire conduit à des courses-poursuites, occasionnant deux morts et un blessé. Le jeune homme armé repasse devant la police, sans être inquiété, et rentre tranquillement chez lui, avant d’être arrêté le lendemain. Il avait été libéré moyennant une caution de 2 millions de dollars (1,77 million d’euros) versée par des militants de droite radicale.

Il vous reste 55.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to say thanks to the writer of this write-up for this outstanding content

L’acquittement de Kyle Rittenhouse divise les Etats-Unis

Decode The News Podcast