« Vladimir Poutine n’a jamais fait son deuil ni de l’Union soviétique ni de l’Ukraine »

Chronique. Etrange coïncidence ? L’entretien en vidéo qu’ont eu, mardi 7 décembre, Joe Biden et Vladimir Poutine correspond exactement au trentième anniversaire d’un épisode capital dans l’effondrement de l’Union soviétique, certainement marqué d’une pierre noire dans l’esprit du président russe actuel. Dans les deux cas, l’Ukraine est au centre de la conversation.

Le 7 décembre 1991, en pleine décomposition de l’empire communiste, trois hommes se retrouvaient dans une résidence de chasse dans la forêt de Belovej, en Biélorussie, près de la frontière polonaise. Après une partie de chasse par − 15 °C, ils se réchauffèrent d’un certain nombre de verres de vodka et, selon les confidences de l’un des participants à Jan Krauze, du Monde, d’un dîner « consistant et émotionnel ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Joe Biden et Vladimir Poutine font le choix de la désescalade en Ukraine

Le lendemain, 8 décembre, ils se mirent au travail : c’est ainsi que les présidents de trois grandes républiques encore officiellement membres de l’URSS – le Russe Boris Eltsine, l’Ukrainien Leonid Kravtchouk et le Biélorusse Stanislav Chouchkievitch – signèrent un document constatant que « l’URSS a cessé d’exister, en tant que sujet de droit international et réalité géopolitique » : c’était, de facto, l’acte de décès de l’Union soviétique. Puis ils en informèrent par téléphone le président américain, George Bush, et le chef de cette même URSS, Mikhaïl Gorbatchev. Il ne restait plus à ce dernier qu’à l’enterrer, ce qu’il fit trois semaines plus tard en proclamant la fin de l’Union.

Premier avertissement

Kravtchouk, autant qu’Eltsine, avait été à la manœuvre. Une semaine plus tôt, il avait organisé un référendum sur l’indépendance de l’Ukraine, approuvée par plus de 80 % des votants (y compris en Crimée). Dans l’inexorable désagrégation de la deuxième puissance mondiale, cet élément était déterminant : sans l’Ukraine, il ne saurait y avoir ni empire russe ni Union soviétique.

Trente ans plus tard, la coïncidence, en réalité, n’est pas si étrange. Vladimir Poutine semble n’avoir jamais fait son deuil ni de l’Union soviétique, dont il a décrit la perte comme la plus grande catastrophe géopolitique du XXsiècle, ni de l’Ukraine. Passe encore que celle-ci soit devenue indépendante – il n’était, à l’époque, qu’un collaborateur du maire de Saint-Pétersbourg. Mais qu’elle se rapproche trop du camp occidental depuis qu’il est président – 2000 – et il réagit.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Si l’Ukraine devient une plate-forme pour des forces hostiles, la Russie verra là une menace existentielle »

La « révolution orange », en 2004, a été pour lui le premier avertissement. Lorsque, en 2013, Kiev a voulu signer un accord d’association avec l’Union européenne, il a convoqué le président d’alors, Viktor Ianoukovitch, pour s’y opposer. Le peuple ukrainien s’est soulevé, a chassé Ianoukovitch qui s’est réfugié en Russie. Vladimir Poutine a riposté en annexant la Crimée et en intervenant dans le Donbass, en 2014. « Cette initiative éclair lui a permis de masquer le fait humiliant que la Russie venait de perdre l’Ukraine », note Ivan Krastev dans Le Moment illibéral, écrit avec Stephen Holmes (Fayard, 2019).

Il vous reste 50.84% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to give thanks to the writer of this write-up for this remarkable material

« Vladimir Poutine n’a jamais fait son deuil ni de l’Union soviétique ni de l’Ukraine »

Decode The News Podcast