Michelle Bachelet : « Au Sahel, le manque de transparence nourrit les spéculations, les peurs et les tensions »

Haut-commissaire des Nations unies pour les droits humains, Michelle Bachelet a effectué une tournée au Burkina Faso et au Niger du 28 novembre au 4 décembre.

Vous rentrez du Burkina Faso et du Niger, deux pays en grave crise sécuritaire. Cela ne menace-t-il pas leur processus de démocratisation ?

Ces deux pays ont eu des élections démocratiques, c’est important à noter. Dans le même temps, ils ont une multitude de menaces à gérer : l’insécurité, mais aussi les problèmes de développement comme l’accès à l’éducation ou à la santé, et le changement climatique qui les affecte durement.

Quand nous étions au Burkina Faso, mais aussi au Niger, il y avait des manifestations pour réclamer des autorités des décisions fortes face à la crise. Ce genre de contexte fait courir le risque que des mesures liberticides soient adoptées. Mais les dirigeants que j’ai rencontrés insistent sur le respect de la démocratie. Leur problème, c’est qu’ils ne veulent pas apparaître comme faibles et cela les conduit parfois à prendre des mesures inadéquates comme des coupures d’Internet au Burkina Faso ou l’interdiction de manifester au Niger.

Le Burkina Faso et le Niger ont-ils tenu leurs engagements en matière de lutte contre l’impunité ?

J’ai eu des rencontres avec les commissions des droits de l’homme de ces deux pays. Des enquêtes sont en cours sur tous les cas où il y a eu un nombre important de victimes civiles recensées. Pour l’instant, je n’ai pas été informée de condamnations mais les enquêtes se poursuivent. A propos du Niger, la Commission nationale des droits de l’homme enquête sur la disparition de 102 personnes à Inates [fin 2019]. Les auteurs doivent être traduits en justice, quel que soit le groupe auquel ils appartiennent.

Lire aussi Au Niger, cent morts dans les attaques de deux villages de l’Ouest

Au Burkina, il y a des allégations d’exécutions extrajudiciaires qui auraient été perpétrées par les forces de sécurité, comme le massacre présumé de 15 hommes près de Djibo début novembre. C’est un sujet dont nous avons parlé et, là encore, j’ai insisté : il faut que la vérité soit connue, que justice soit faite et que les victimes ou leurs familles obtiennent réparation.

Que pouvez-vous dire aux pays qui, comme le Burkina Faso, ont encouragé la formation de milices d’autodéfense pour lutter contre les djihadistes ?

Tout d’abord, je ne pense pas que la solution sera militaire. Il y a un besoin d’opérations de ce type mais ce ne sera pas suffisant pour régler l’ensemble des défis de la région. Il faut une réponse globale. Je sais qu’au Burkina Faso, les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) ont été créés pour soutenir les forces de défense et de sécurité face à la multiplication des menaces. Si, en théorie, des lois existent pour encadrer ces groupes, en pratique, c’est bien différent. Nous avons des rapports disant que les Volontaires commettent des violations des droits humains mais aussi qu’ils ne sont pas suffisamment formés.

Lire notre reportage : Article réservé à nos abonnés Au Burkina Faso, l’essor périlleux des milices villageoises face aux djihadistes

Quel message adressez-vous aux autorités maliennes qui seraient tentées par un partenariat avec la société militaire privée Wagner ?

J’ai eu un entretien avec le premier ministre malien à Genève en novembre. Il nous a dit avoir besoin de nouveaux partenaires. Je lui ai répondu que quel que soit l’acteur ou l’Etat qui intervient, il faut que celui-ci le fasse dans le respect des standards internationaux en matière de droits humains. A propos du groupe Wagner, nous avons des inquiétudes au regard de son passif en République centrafricaine.

Lire aussi Mali : l’Union européenne prépare des sanctions contre Groupe Wagner

Je dois dire aussi que le gouvernement malien ne peut pas être considéré comme démocratique. Il est issu d’un coup d’État. Il est important que ce pays tienne des élections rapidement car, comme cela m’a été répété au Burkina Faso et au Niger, il n’y aura pas de stabilité au Sahel si le Mali n’est pas stabilisé.

La France se montre-t-elle assez transparente quand ses soldats sont accusés de bavure, comme à Bounti, au Mali, ou plus récemment à Téra, au Niger ?

J’ai échangé avec différentes autorités françaises qui m’ont assuré que des investigations ont été menées. Plus la conduite des enquêtes sera transparente, meilleur sera le résultat pour la France, les pays impliqués et pour la justice envers les victimes. Le manque de transparence nourrit les spéculations, les peurs et les tensions.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au Niger, le sentiment antifrançais se développe sur fond d’attaques djihadistes

En Ethiopie, le conflit fait rage entre l’armée et les rebelles tigréens. Le Haut Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté, vendredi 17 décembre, une résolution pour que soit constituée une équipe d’experts chargée d’enquêter sur les exactions commises par les deux parties. Quelles sont les dernières informations en provenance du terrain ?

En septembre, j’avais déjà alerté sur les sérieuses violations des droits de l’homme commises par toutes les parties au conflit. Depuis, et alors que l’état d’urgence a été maintenu par le gouvernement, nous continuons de recevoir des rapports faisant état d’arrestations menées par les forces éthiopiennes, ciblant en premier lieu les Tigréens suspectés d’être en lien avec le TPLF. Nous avons aussi des informations sur des tueries perpétrées par les forces tigréennes contre les Amharas et les Afars.

Nous sommes inquiets du nombre de victimes civiles – 48 morts et 89 blessés dans la ville d’Alamata au Tigray – constaté après des frappes de drone qui auraient été menées par l’armée éthiopienne entre le 15 et le 16 décembre. Ces frappes continuent de viser les villes tigréennes, provoquant de nombreuses victimes et d’importants dégâts matériels. Nous avons instamment demandé aux deux parties de protéger les civils, de mettre un terme aux violences et d’engager des négociations.

We would love to give thanks to the writer of this post for this incredible content

Michelle Bachelet : « Au Sahel, le manque de transparence nourrit les spéculations, les peurs et les tensions »

Decode The News Podcast