La République démocratique du Congo, vitrine fissurée de la Chinafrique

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du Monde Afrique depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Ce devait être le « contrat du siècle ». La démonstration parfaite de ce partenariat « gagnant-gagnant » que la Chine promet à l’Afrique. En 2008, Joseph Kabila avait validé avec Pékin une gigantesque opération de troc : du cobalt et du cuivre de son pays contre la construction d’infrastructures. Pour celui qui était alors président de la République démocratique du Congo (RDC), l’ambition affichée était d’exploiter ce qu’il est convenu d’appeler le « scandale géologique » congolais pour en finir avec un autre scandale, bien plus authentique, celui de la pénurie de routes, de voies ferrées, d’hôpitaux, d’écoles, d’universités…

Pour la Chine, la négociation d’un accès préférentiel à ces ressources minérales s’avérait stratégique pour la poursuite de son développement industriel. La RDC est le premier producteur africain de cuivre et – de loin – le premier mondial de cobalt, essentiel pour la fabrication des batteries des véhicules électriques et des smartphones. Montant de l’accord : 9 milliards de dollars (environ 6,4 milliards d’euros à l’époque), ramenés l’année suivante à 6,2 milliards de dollars sous la pression du Fonds monétaire international (FMI), inquiet du surendettement que pourrait faire peser cet accord sur l’économie congolaise.

Lire aussi « Congo Hold-up » : ouverture d’une information judiciaire visant le clan de Joseph Kabila

La nature de la relation a évolué au cours de la décennie suivante, passant d’une logique de troc à celle, commerciale, des « routes de la soie » imaginées par Pékin. Pour maintenir ses importations de minerais congolais, la Chine a ainsi concentré l’essentiel de la réalisation de ses projets dans le domaine hydroélectrique, afin de produire l’énergie nécessaire à une extraction industrielle.

Soutien américain

Mais voilà qu’un vent nouveau a commencé à souffler sur les relations sino-congolaises depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi à la présidence, en janvier 2019. Comme Joseph Kabila, qui avait tout d’abord bénéficié d’un important appui occidental avant de se rapprocher de Pékin, le nouveau chef de l’Etat, dont la légitimité électorale a été sérieusement mise en cause, a reçu dès ses premiers jours au pouvoir le soutien de la diplomatie américaine, dont son très visible et communicatif ambassadeur à Kinshasa, Mike « Nzita » Hammer.

Ce dernier l’a-t-il incité à remettre en cause la coopération nouée par son prédécesseur avec Pékin, dans un contexte international de rivalité exacerbée entre la Chine et les Etats-Unis ? « Je ne peux pas dire que les Etats-Unis l’ont poussé, mais ils n’ont sans doute rien fait pour l’empêcher. Sur le long terme, les réserves minières de la RDC sont stratégiques pour tout le monde », répond, avec une prudence de diplomate, un autre ambassadeur en poste à Kinshasa.

Il vous reste 55.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to say thanks to the author of this short article for this incredible content

La République démocratique du Congo, vitrine fissurée de la Chinafrique

Decode The News Podcast