Gambie : la commission Vérité, réconciliation et réparations recommande des poursuites contre l’ex-dictateur Yahya Jammeh

La commission Vérité, réconciliation et réparations (TRCC) ayant enquêté en Gambie sur les crimes commis durant les vingt-deux ans de pouvoir du dictateur Yahya Jammeh a recommandé, vendredi 24 décembre, dans un rapport, des poursuites judiciaires devant un tribunal international contre le dirigeant et plusieurs éventuels complices. La commission souhaite un procès « dans un pays d’Afrique de l’Ouest autre que la Gambie, sous l’égide de la Communauté économique des Etats ouest-africains [Cédéao] et/ou de l’Union africaine », pour notamment « meurtres, détentions arbitraires, disparitions ».

Ce tribunal pourrait être similaire à celui qui a jugé au Sénégal l’ancien chef d’Etat Hissène Habré, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990. M. Habré, mort en août du Covid-19, avait été condamné à la prison à vie en 2016 par une juridiction africaine pour crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement.

Lire aussi Gambie : fin de deux années de témoignages accablants contre l’ancien autocrate Yahya Jammeh

« Le Sénégal a [toujours] en place l’infrastructure nécessaire qui avait jugé Hissène Habré. Le Ghana est une autre option », de même que la Sierra Leone, dit le rapport de la commission Vérité, réconciliation et réparations, présenté vendredi à Banjul par le ministre de la justice Dawdu Jallow. « Durant une période de vingt-deux ans, à partir du 22 juillet 1994, Yahya Jammeh et ses collègues [membres de l’APRC, le parti présidentiel] et d’autres coauteurs ont perpétré de graves crimes en Gambie », dit le rapport.

Entre 240 et 250 personnes sont mortes

Le document en dix-sept volumes avait été remis, le 25 novembre, au président Adama Barrow par la Commission qui n’avait pas publié son contenu. La TRCC a rendu compte de l’étendue des crimes perpétrés sous Yahya Jammeh dans ce petit pays pauvre et enclavé d’Afrique de l’Ouest : assassinats, actes de torture, disparitions forcées, viols et castrations, arrestations arbitraires, chasse aux sorcières, jusqu’à l’administration contrainte d’un faux traitement contre le sida. Entre 240 et 250 personnes sont mortes entre les mains de l’Etat et de ses agents, selon elle.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Gambie : un nouveau pas vers la justice pour les crimes du régime de Yahya Jammeh

La commission, créée en 2017, a entendu, de janvier 2019 à mai 2021, 393 témoins, victimes et anciens junglers (« broussards »), les membres des escadrons de la mort du régime, venus raconter au cours d’auditions publiques parfois bouleversantes les atrocités du régime. De nombreuses dépositions ont directement mis en cause M. Jammeh.

Le ministre de la justice Jallow a affirmé que le gouvernement gambien était « engagé à appliquer les recommandations du rapport ». Il a réaffirmé l’annonce déjà faite par le gouvernement de publier « un livre blanc » sur ces recommandations au plus tard le 25 mai 2022.

« Beaucoup de pressions en Gambie et à l’étranger »

« Après les puissants témoignages publics devant la TRRC qui ont profondément touché les Gambiens, il va y avoir beaucoup de pressions en Gambie et à l’étranger, pour que justice soit faite sans tarder pour les victimes qui ont déjà attendu cinq ans et parfois plus longtemps », a déclaré Reed Brody, avocat américain engagé au côté des victimes.

Lire aussi En Gambie, l’unique survivant d’un massacre de migrants en 2005 témoigne

Le rapport de la TRRC est publié deux semaines après la réélection du président Adama Barrow dont l’élection en 2016 a mis fin à plus de vingt ans de dictature. S’exprimant sur des poursuites contre les auteurs de crimes dans les années Jammeh, M. Barrow avait le 7 décembre, à l’annonce de sa réélection, déclaré : « Je prends part à la décision, mais ce n’est pas entièrement ma décision. » La décision sera prise en concertation avec son gouvernement et après consultation d’experts, avait-il déclaré. M. Barrow a six mois pour se prononcer.

La TRRC avait qualifié dans un rapport d’étape publié en avril 2020 les violations des droits humains sous Yahya Jammeh de « massives, effroyables et diverses ». Après la présidentielle de fin 2016 remportée par M. Barrow et six semaines d’une crise à rebondissements provoquée par le refus de M. Jammeh de céder le pouvoir, ce dernier avait finalement dû quitter le pays pour la Guinée équatoriale, sous la pression d’une intervention militaire ouest-africaine et à la suite d’une ultime médiation guinéo-mauritanienne.

Le Monde avec AFP

We would love to thank the writer of this post for this amazing content

Gambie : la commission Vérité, réconciliation et réparations recommande des poursuites contre l’ex-dictateur Yahya Jammeh

Decode The News Podcast