En Angleterre, le variant Omicron menace de faire dérailler la Premier League de football

Omicron plus fort que la Premier League ? La traditionnelle journée de championnat de football anglais du 26 décembre, jour du Boxing Day, très populaire outre-Manche, est mise en péril par la pandémie de Covid-19. Jeudi 23 décembre, l’annulation de deux matchs a été annoncée : Liverpool-Leeds et Wolverhampton-Watford n’auront pas lieu. Non pas qu’il y ait des restrictions sanitaires – les stades ont le droit d’être pleins –, mais trop de joueurs sont malades et doivent s’isoler.

Le nouveau variant Omicron se répand à grande vitesse au Royaume-Uni. Jeudi, près de 120 000 personnes ont été testées positives, un record absolu depuis le début de la crise sanitaire. Inquiets, les représentants des clubs et de la Premier League s’étaient réunis lundi, envisageant d’annuler toutes les rencontres du Boxing Day. Mais la tradition et les gros sous auront été plus forts, et tout doit se dérouler comme prévu.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le gouvernement britannique déclenche son « plan B » contre Omicron dans un climat de défiance

Sauf que la réalité dans les vestiaires est compliquée. Rafael Benitez, l’entraîneur d’Everton, n’en revient pas que son match face à Burnley soit maintenu, alors qu’il en avait demandé l’annulation : cinq de ses joueurs sont positifs, auxquels s’ajoutent six blessures. « On suit toutes les règles, s’agace-t-il. On fait les tests antigéniques, les PCR, on met les masques, on utilise trois vestiaires différents pour limiter le temps que les joueurs passent ensemble… »

Débat sur l’absence de trêve hivernale

Cela n’a pas suffi. Dans ces conditions, il se demande comment il va pouvoir trouver onze joueurs disponibles pour aligner une équipe compétitive, dimanche. « On a des joueurs qui ont peut-être reçu un coup, mais qu’on doit quand même pousser [à aller jouer], ou d’autres qui ne sont pas au mieux de leur forme », regrette-il.

La pandémie relance un vieux débat sur l’absence de trêve hivernale dans le football anglais. S’il n’y a plus de match le jour même de Noël depuis les années 1950, la cadence pendant cette période est infernale en Premier League. Outre les matchs du Boxing Day, une journée de championnat est organisée entre le 28 et 29 décembre, puis une troisième le 1er janvier, autre grand rendez-vous festif du calendrier des supporteurs.

Lire aussi : La Premier League est le « produit sportif » le plus suivi au monde

Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, ne cache pas son irritation : « Il va falloir une grève des joueurs ou qu’il se passe quelque chose, sinon rien ne changera. L’UEFA, la FIFA, les télévisions, la Premier League… [Pour eux], le business est plus important que la santé des joueurs. » Le capitaine de Liverpool, Jordan Henderson, fait, lui aussi, part de son malaise, alors que son équipe aura joué cinq matchs en deux semaines : « Personne ne prend la santé des joueurs au sérieux. »

We want to give thanks to the writer of this post for this amazing web content

En Angleterre, le variant Omicron menace de faire dérailler la Premier League de football

Decode The News Podcast