En Afghanistan, les talibans interdisent aux femmes de voyager seules

C’est un nouveau signe du durcissement du régime des talibans malgré leurs promesses initiales. Le ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice a publié une recommandation, dimanche 26 décembre, affirmant que les femmes désirant voyager sur de longues distances devaient être accompagnées par un homme de leur famille proche. Elle appelle également les conducteurs à n’accepter des femmes à bord de leur véhicule que si elles portent le « voile islamique ».

« Les femmes voyageant plus de 45 miles [72 kilomètres] ne peuvent pas faire le trajet si elles ne sont pas accompagnées par un membre proche de la famille », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) le porte-parole du ministère, Sadeq Akif Muhajir, précisant que l’accompagnant devait être un homme. Cette directive arrive quelques semaines après la demande du ministère aux télévisions afghanes de ne plus diffuser de « feuilletons et séries à l’eau de rose dans lesquels des femmes » jouent, et de faire en sorte que les femmes journalistes portent « le voile islamique » à l’écran. Les talibans ne précisent pas ce qu’ils entendent par « voile islamique », s’il s’agit d’un simple foulard, déjà porté par la majorité des femmes afghanes, ou d’un voile plus couvrant.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Afghanistan, « la pire crise humanitaire sur terre »

Multiplication des restrictions

Depuis leur arrivée au pouvoir en août, ils ont imposé diverses restrictions aux femmes et aux filles, en dépit de promesses initiales selon lesquelles leur régime serait moins strict que durant leur premier règne (1996-2001). Dans plusieurs provinces, les autorités locales ont accepté de rouvrir les écoles aux filles, même si beaucoup d’entre elles à travers le pays ne peuvent toujours pas y aller. Durant leur premier règne, les talibans avaient rendu obligatoire aux femmes le port de la burqa. Elles ne pouvaient quitter leur domicile qu’accompagnées par un homme et n’avaient pas le droit de travailler et d’étudier.

Plus tôt en décembre, un décret au nom du leader suprême du mouvement a demandé au gouvernement de faire appliquer les droits des femmes, mais ce décret n’évoquait pas le droit à l’éducation. Les activistes espèrent que les efforts des talibans pour être reconnus par la communauté internationale et recevoir à nouveau l’aide indispensable au pays – qui compte parmi les plus pauvres du monde – les amèneront à faire des concessions.

Samedi, les talibans ont dissous la commission électorale indépendante (IEC) d’Afghanistan, créée sous le précédent régime et chargée d’organiser les élections. Outre l’IEC, ils ont aussi ordonné cette semaine la dissolution de la commission des plaintes électorales (ECC) et de deux ministères, celui pour la paix et celui pour les affaires parlementaires.

« Pour l’instant, nous n’avons pas besoin que ces deux ministères et ces commissions existent et fonctionnent. Si le besoin s’en faisait sentir, l’Emirat islamique [le nom donné par les talibans à leur régime] pourrait les rétablir », a déclaré à l’AFP Bilal Karim, un porte-parole adjoint des talibans.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Afghanistan, la société civile étouffée à huis clos

Le Monde avec AFP

We wish to give thanks to the author of this write-up for this amazing web content

En Afghanistan, les talibans interdisent aux femmes de voyager seules

Decode The News Podcast