Emmanuel Macron et ses embarrassants alliés du Golfe

Le président français, Emmanuel Macron, entreprend, vendredi 3 décembre, une visite de deux jours dans trois monarchies du Golfe, avec lesquelles Paris entretient une relation à double tranchant. Ce voyage aux Emirats arabes unis (EAU), au Qatar et en Arabie saoudite survient une dizaine de jours après les révélations du site Disclose sur les dérives de la coopération antiterroriste franco-égyptienne, accusée de conduire à des exécutions extrajudiciaires.

Clients de l’industrie d’armement hexagonale, considérés à l’Elysée comme des interlocuteurs utiles dans la lutte contre le terrorisme, les régimes visités constituent trois partenaires clés de Paris au Proche-Orient, mais ils sont aussi des alliés embarrassants du fait de leur propension à malmener les droits humains.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Interpol : l’élection d’un Emirati accusé de torture, une source d’embarras pour la France

Le président de la République débutera sa tournée vendredi matin par une halte de quelques heures à Dubaï, la capitale touristico-commerciale des EAU. Il y rencontrera le patron de fait de la fédération émiratie, le très autoritaire Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, dit « MBZ », prince héritier de l’émirat voisin d’Abou Dhabi.

Le déplacement se poursuivra le même jour par un dîner à Doha, la capitale du Qatar, avec le souverain local, Tamim Ben Hamad Al-Thani. La cité-Etat fait face à de nombreuses critiques sur les conditions de travail des migrants affectés à la préparation de la Coupe du monde de football, organisée sur son sol, du 21 novembre au 18 décembre 2022.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au Qatar, le processus de réforme des conditions de travail des migrants menacé d’enlisement

Le voyage s’achèvera samedi avec une étape à Djedda, le grand port de l’Ouest saoudien, où M. Macron s’entretiendra avec le sulfureux Mohammed Ben Salman, « MBS », le prince héritier, sur lequel flotte toujours l’ombre de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien assassiné en octobre 2018, dans le consulat du royaume à Istanbul (Turquie).

Course aux contrats

Officiellement, la tournée doit permettre d’approfondir les convergences entre Paris et ses partenaires du Golfe dans trois domaines : la lutte contre le terrorisme et le financement des mouvements islamistes radicaux ; la stabilisation du Proche-Orient, avec des échanges attendus sur la débâcle économique libanaise, la prochaine élection présidentielle en Libye, et le nucléaire iranien ; et enfin les traditionnelles questions commerciales.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au Liban, « l’Etat est en train d’échouer » face à la crise

Emmanuel Macron devrait débuter son voyage par ce volet. Plusieurs contrats, dont l’Elysée a veillé à ne pas révéler la nature, devraient être signés vendredi à Dubaï. Il serait notamment question de boucler l’achat par les EAU d’une trentaine, voire d’une soixantaine, de Rafale, l’avion de chasse déjà vendu à l’Egypte et au Qatar. Interrogé à ce sujet par des journalistes, Anwar Gargash, un proche conseiller de Mohammed Ben Zayed Al-Nahyane, a répondu sur un ton sibyllin : « Je ne veux pas dévoiler le cadeau de Noël. » La délégation française comptera plusieurs patrons, dont ceux de Safran et de Thales, deux fleurons de l’industrie de défense tricolore.

Il vous reste 60.86% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would love to give thanks to the writer of this write-up for this remarkable material

Emmanuel Macron et ses embarrassants alliés du Golfe

Decode The News Podcast