De l’implosion de l’Union soviétique au retour de l’ingérence russe

Il est 19 h 32, ce 25 décembre 1991, lorsque le drapeau orné de la faucille et du marteau est abaissé pour la dernière fois sur la place Rouge, à Moscou. Dernier dirigeant de l’URSS, Mikhaïl Gorbatchev vient de prononcer un discours à la télévision : douze minutes d’allocution pour entériner, en même temps que sa démission, la disparition d’un géant, l’Union soviétique.

« La ligne du démembrement du pays et de la dislocation de l’Etat a gagné, dit-il sur le ton des regrets. Le destin a voulu qu’au moment où j’accédais aux plus hautes fonctions de l’Etat [en 1985], il était déjà clair que le pays allait mal. Tout ici est en abondance, la terre, le pétrole, le gaz, le charbon, les métaux précieux, sans compter l’intelligence et les talents (…) et pourtant, nous vivons bien plus mal que dans les pays développés, nous prenons toujours plus de retard par rapport à eux. »

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Il y a trente ans s’effondrait l’Union soviétique, le dernier empire

Ce constat sans appel, il l’attribue au fait que « la société étouffait dans le carcan du système de commandement administratif, condamné à servir l’idéologie et à porter le terrible fardeau de la militarisation ». Puis il annonce qu’il part, « avec inquiétude, mais aussi espoir ». Cette ultime intervention n’intéresse que les étrangers. « Un seul journal de Moscou, la Rabotchaïa Gazeta, osa reproduire dans ses colonnes ce discours d’adieu », note Andreï Gratchev, conseiller et porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev, dans son ouvrage Le jour où l’URSS a disparu, paru le 24 novembre aux Editions de l’Observatoire (250 pages, 20 euros).

Tourner la page

Pire, alors que les chefs des grandes puissances – à l’exception de la Chine – rendent hommage au père de la perestroïka, aucun des dirigeants propulsés à la tête des ex-républiques soviétiques ne l’appelle. Nulle célébration à Moscou ne vient consacrer l’événement. La place Rouge est déserte. Les Russes n’ont pas attendu ce jour de Noël pour tourner la page.

La dislocation de l’URSS, en réalité, est déjà achevée. Depuis le 1er juillet 1991, le pacte de Varsovie, l’alliance militaire de la guerre froide qui l’unissait au bloc des pays de l’Est, n’existe plus. Sa dissolution, passée quasi inaperçue, a été prononcée à Prague, avec le retrait simultané de la Tchécoslovaquie, de la Pologne et de la Hongrie. Les uns après les autres, les pays satellites se sont affranchis de la tutelle soviétique. Ce mouvement culminera avec la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, suivie par la réunification des deux Allemagnes un an plus tard, en octobre 1990.

Le retrait des troupes soviétiques des territoires de l’Est européen, soit trente divisions et un demi-million d’hommes, ne s’achèvera qu’en 1994

Il vous reste 75.39% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We would like to thank the writer of this post for this incredible web content

De l’implosion de l’Union soviétique au retour de l’ingérence russe

Decode The News Podcast