Aux Philippines, le typhon Rai a fait plus d’une vingtaine de morts

Plus de vingt personnes mortes et des destructions « alarmantes » : c’est le bilan établi, samedi 17 décembre, par les autorités philippines à la suite du passage du typhon Rai. Il s’agit du plus puissant ayant frappé le pays cette année.

Plus de 300 000 personnes ont dû fuir leur domicile depuis jeudi à cause du typhon qui a ravagé le sud et le centre du pays, selon l’agence nationale des catastrophes naturelles des Philippines.

Rai était qualifié de « supertyphon » lorsqu’il a touché terre jeudi, sur l’île touristique de Siargao, accompagné de vents de 195 kilomètres à l’heure. Vendredi, la vitesse du vent s’était abaissée à 155 km/h, selon l’agence météorologique philippine.

Il a traversé, vendredi en fin d’après-midi, le nord de l’île de Palawan, destination touristique populaire, avant de s’éloigner vers la mer de Chine méridionale, en direction du Vietnam.

Dix-huit mille forces de l’ordre déployées

« Il s’agit de l’une des tempêtes les plus puissantes qui aient frappé les Philippines au mois de décembre au cours de la dernière décennie », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Alberto Bocanegra, responsable de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge aux Philippines. « Les informations et les images que nous recevons sont très alarmantes. »

Plus de 18 000 militaires, policiers, gardes-côtes et pompiers vont se joindre aux efforts de recherche et de sauvetage dans les régions les plus touchées, a déclaré à l’AFP Mark Timbal, porte-parole de l’agence nationale des catastrophes. « Il y a eu des dégâts importants » à Surigao et Siargao, les régions qui ont subi le plus fort du typhon, a déclaré M. Timbal.

Des habitations détruites par le typhon Rai, à Surigao, aux Philippines, le 17 décembre 2021.

Au moins trois personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées à Surigao, a déclaré le maire de la ville, Ernesto Matugas, à la chaîne de télévision ABS-CBN, portant le nombre total de morts à vingt et un. M. Bocanegra a prévenu que les coupures d’électricité allaient affecter l’approvisionnement en eau, suscitant des inquiétudes quant aux conditions sanitaires.

Un typhon tardif

Sur l’île de Dinagat, où le typhon a fait au moins six morts, les habitants « essaient de réparer leur maison, car même nos centres d’évacuation ont été démolis » a déclaré le vice-gouverneur de cette province de l’est du pays, Nilo Demerey, à la chaîne ABS-CBN. « Ils ne peuvent pas se réfugier ailleurs… tout a été détruit », a-t-il déploré.

Sur les réseaux sociaux, les gardes-côtes philippins ont partagé des photos montrant une destruction généralisée autour de Surigao, avec des toits arrachés, des bâtiments dévastés et des structures en bois brisées. Des images aériennes montrent de vastes étendues de rizières sous l’eau.

Rai est un typhon particulièrement tardif dans la saison. La plupart des cyclones tropicaux dans l’océan Pacifique se forment entre juillet et octobre. Les scientifiques préviennent depuis longtemps que les typhons deviennent de plus en plus puissants, se renforçant à mesure que le réchauffement climatique provoqué par l’homme s’accélère.

Des rescapés à la suite du passage du typhon Rai, à Cebu, aux Philippines, le 18 décembre 2021.

Les Philippines, considérées comme l’un des pays les plus vulnérables au réchauffement climatique, sont frappées chaque année par une vingtaine de typhons qui sèment souvent la destruction parmi les habitations, les récoltes et les infrastructures dans des régions déjà très pauvres. Le cyclone le plus meurtrier jamais enregistré aux Philippines est le supertyphon Haiyan, qui avait fait plus de 7 300 morts ou disparus en 2013.

Lire (en édition abonnés) : Article réservé à nos abonnés Dix jours après le passage d’Haiyan, les Philippins s’en remettent au ciel

Le Monde avec AFP

We want to thank the author of this post for this outstanding material

Aux Philippines, le typhon Rai a fait plus d’une vingtaine de morts

Decode The News Podcast