Après un record de chaleur, l’Alaska fait face à un tapis de glace

Record de chaleur, tempêtes de neige, pluies diluviennes et plaques de glace. L’Alaska connaît cette semaine des conditions météorologiques extrêmes qui sèment le chaos dans plusieurs villes de l’Etat le plus septentrional des Etats-Unis.

De vastes plaques de glace bloquent les routes et rendent le trafic impossible à Fairbanks, deuxième plus grande ville d’Alaska, a annoncé le département des transports de l’Etat. « Nous sommes confrontés à une série de tempêtes hivernales sans précédent. Tout le personnel disponible travaille d’arrache-pied, mais il se peut que nous n’arrivions pas à tout déblayer avant ce week-end », ont précisé les autorités sur Twitter, mettant en garde contre une situation apocalyptique avec la glace, surnommé « Icemageddon ».

Quelques heures après que l’Etat a enregistré un record de température pour décembre – de 19,4 °C sur l’île Kodiak au sud de l’Alaska –, des pluies torrentielles se sont déversés dans l’intérieur des terres, un phénomène qui ne s’était pas produit depuis 1937. La température de l’air a ensuite chuté, provoquant la formation massive de glace.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Le réchauffement climatique déstabilise plus que jamais les pôles

L’Alaska, avant-poste du changement climatique

D’ordinaire, décembre est un mois sec et froid pour l’Alaska. Au nord du cercle polaire arctique, l’atmosphère se réchauffe plus vite que nulle part ailleurs sur Terre. Les températures moyennes de cette région du monde ont augmenté de 1,6 °C depuis 1950, contre 0,3 °C sur l’ensemble de la planète.

« Plus de la moitié de la population de Fairbanks s’est retrouvée sans électricité pendant la tempête », fait savoir à l’Agence France-Presse Rick Thoman, spécialiste du climat à l’université de l’Alaska. « Ce type d’événements, une forte humidité et de l’air très chaud, est exactement [l’effet] attendu du réchauffement climatique », pointe l’expert.

Ce n’est pas la première fois que la température atteint un niveau inquiétant en Alaska. Le 4 juillet 2019, le mercure avait dépassé 32 °C à Anchorage, plus grande ville de l’Etat. Le précédent plus haut avait été établi le 14 juin 1969 à 29,4 °C. Selon les météorologues, la température maximale moyenne pour un 4 juillet à Anchorage est de 18,3 °C.

Dans l’Ouest américain, l’Etat de Washington et la Californie font aussi face à de fortes pluies et chutes de neige ayant provoqué l’annulation de centaines de vols, le blocage de routes et des évacuations de population face au risque d’inondations.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Alaska, Patagonie, Alpes : partout dans le monde, la fonte des glaciers s’accélère

Le Monde avec AFP

We want to thank the writer of this write-up for this remarkable content

Après un record de chaleur, l’Alaska fait face à un tapis de glace

Decode The News Podcast