July 25, 2021

un commissaire de police inculpé – Fuzzy Skunk

Le commissaire divisionnaire Grégoire Chassaing, en charge du dispositif policier au moment de la chute dans la Loire de Steve Maia Caniço à Nantes en juin 2019, a été mis en examen pour homicide involontaire, selon des informations obtenues par l’Agence France-Presse (AFP) et confirmées. par Le monde.

Steve Maia Caniço, un animateur périscolaire de 24 ans, avait disparu après une opération policière controversée lors d’une soirée électro sur les bords de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps a été retrouvé noyé dans la rivière au-dessus. un mois plus tard.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « L’opération policière, telle qu’elle a été menée, était de la folie » : un an après la mort de Steve, l’amertume de ses proches

L’analyse des relevés de son téléphone a permis de localiser le moment de sa chute dans la Loire à 04h33, « Soit le temps de l’intervention de la police nationale » sur le quai Wilson où s’est déroulée la soirée, avait relevé, mi-juin, le procureur de Rennes.

L’ancien préfet Claude d’Harcourt devant le juge d’instruction

Grégoire Chassaing « Il conteste les motifs et les termes de son inculpation, mais il ne souhaite pas commenter une enquête en cours », a commenté à l’AFP son avocat, Louis Cailliez.

Un autre commissaire, Thierry Palerme, directeur départemental de la sécurité publique au moment des faits, a été placé sous le statut de témoin assisté à l’issue de son audition lundi par le juge d’instruction chargé de l’affaire, selon le parquet de Rennes, Philippe Astruc.

Lire aussi : Le commissaire de police sur le terrain “a manqué de discernement”

“C’est un grand soulagement pour la famille et un sentiment de justice dont ils ont grandement besoin depuis deux ans”, a réagi l’avocate de la famille, Cécile de Oliveira. Les deux ans depuis la mort de Steve, « C’était le moment de réaliser une expertise extrêmement technique et complexe », a rappelé l’avocat. Mais, “Pour ceux qui ont perdu un enfant, ce temps a été long”, elle a ajouté.

Six personnes physiques et deux personnes morales sont convoquées par le juge d’instruction dans cette affaire, d’ici fin septembre. Les autres personnes convoquées sont la maire (PS) de Nantes, Johanna Rolland, et son ancien adjoint à la sécurité Gilles Nicolas, l’ancien préfet de Loire-Atlantique Claude d’Harcourt (aujourd’hui en poste à la direction générale des étrangers en France au ministère de l’Intérieur) ainsi que le directeur de cabinet du préfet en poste au moment des faits. La mairie de Nantes et Nantes Métropole sont également convoquées en tant que personnes morales.

Notre sélection d’articles sur la mort de Steve Maia Caniço

  • Les faits. Dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, à 4 heures du matin, des policiers se sont rendus quai Wilson à Nantes pour disperser une soirée techno. Des affrontements ont éclaté et les participants ont déclaré avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène ; certains, désorientés, tombèrent dans la rivière. Steve Maia Caniço, 24 ans, était porté disparu depuis ce soir-là, jusqu’à ce que son corps soit retrouvé le 29 juillet.
  • Enquête. Depuis le drame, l’enquête est particulièrement lente. La mobilisation de ses amis a accru la médiatisation et fait pression sur les autorités. L’enquête a finalement été déboussolée en septembre à Rennes, à la demande des deux juges d’instruction nantais en charge du dossier. Son téléphone et un témoin sont au cœur des dernières avancées de l’enquête.
  • Le rapport de l’IGPN. Le lendemain de la découverte du corps, l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a publié un rapport affirmant qu’il n’y a pas de « Lien direct entre l’intervention de la police et la disparition de M. Steve Maia Caniço ». Pour notre journaliste spécialisé dans la police, c’est une façon de « Justifier l’intervention de la police tout en critiquant ses méthodes ». En septembre, un rapport de l’inspection générale de l’administration estimait que le commissaire de police sur le terrain avait « manqué de jugement ».
  • Un après. “L’opération de police, telle qu’elle a été menée, était de la folie” : un an après sa mort, ses proches expriment leur amertume.
  • L’affaire résumée en vidéo : Ce que l’on sait de la mort de Steve Maia Caniço à Nantes.

Le monde avec l’AFP