July 29, 2021

Macron assume d’imposer la vaccination pour “ne pas laisser la moindre chance au virus”

L’ambiance a peut-être été festive, lors du premier jour de son déplacement dans les Hautes-Pyrénées, Emmanuel Macron accepte pleinement la méthode forte qu’il a utilisée pour faire face à la recrudescence du Covid-19. “Je n’ai pas d’humeur”, il a assuré à plusieurs journalistes, dont Le monde, jeudi 15 juillet, après avoir suivi une étape de montagne du Tour de France, entre Pau et Luz Ardiden.

Trois jours après son discours, au cours duquel il a présenté une série de mesures pour imposer la vaccination, le chef de l’Etat estime justifié de recourir à la contrainte. « Tant que nous avons le vaccin, nous ne pouvons pas prendre le risque de donner la moindre chance au virus », il a dit.

Lisez notre décryptage : Emmanuel Macron contraint de mettre un terme au virus… et à ses réformes

Face à la progression très rapide de la variante Delta, qui menace de déferler une quatrième vague sur les hôpitaux, le Président de la République considère qu’il est de sa responsabilité de faire pression sur les non vaccinés, afin d’atteindre au plus vite le une forme d’immunité collective. « On a un vaccin efficace, y compris sur la variante Delta, on a les doses, l’organisation… La question est maintenant d’atteindre tout le monde. C’est un défi de conviction, de logistique, sur lequel j’ai bon espoir et qui présupposait ces quelques règles que j’ai édictées lundi., a-t-il soutenu. Lorsque vous avez les armes, vous ne pouvez pas délibérément décider de ne pas les utiliser. “

« Les libertés supposent toujours des devoirs »

Contrairement aux premières vagues, le fait d’avoir l’arme vaccinale lui fait dire que le pays ne devrait pas « Ne pas passer d’un optimisme déraisonnable à la peur ». Il campe plutôt sur une ligne médiane, appelant à une « Un optimisme prudent ». « Optimisme », car avec près de 9 millions de doses en stock, sans compter les commandes à venir, la voie à suivre est connue pour voir le bout du tunnel.

Mais le ” prudence “ reste du pari, car « On ne contrôle pas tout » avec ce virus imprévisible, qui “Peut reflasher très rapidement”, a prévenu le chef de l’Etat. “Et nous ne contrôlons pas non plus l’apparition des autres variantes”, a-t-il ajouté, soulignant que “Plus on est lent” être vacciné, “Plus on donne de chances” variantes à diffuser. D’où son appel à « Poursuivre l’effort sur la vaccination » cet été. Et ne « Surtout ne pas se détendre », pour « consolider » la dynamique enregistrée depuis son intervention. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, « 3 millions » les rendez-vous sont pris depuis lundi.

Vous avez 59,41% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.