August 5, 2021

Le photographe de Reuters danois Siddiqui tué en Afghanistan

Le danois Siddiqui, photographe de l’agence de presse Reuters lauréat du prix Pulitzer, a été tué vendredi 16 juillet en Afghanistan. Il couvrait les combats entre les forces de sécurité afghanes et les talibans près d’un poste frontière avec le Pakistan, a déclaré un commandant afghan.

Les forces spéciales afghanes tentaient de reconquérir le principal marché de Spin Boldak lorsque le journaliste et un officier afghan de haut rang ont été abattus, dans ce qu’ils ont décrit comme des tirs croisés des talibans, a déclaré le commandant à Reuters. Depuis le début de la semaine, le danois Siddiqui a été intégré en tant que journaliste aux forces spéciales afghanes stationnées dans la province de Kandahar, dans le sud du pays.

Des membres des forces spéciales afghanes assistent un soldat de l'armée nationale afghane blessé lors d'affrontements avec les talibans dans la province de Kandahar, en Afghanistan, le 12 juillet 2021.

“Nous recherchons de toute urgence plus d’informations, en collaboration avec les autorités de la région”Le président de Reuters Michael Friedenberg et la rédactrice en chef de l’agence Alessandra Galloni ont déclaré dans un communiqué. « Le danois était un journaliste exceptionnel, un mari et un père dévoué et un collègue très apprécié. Nos pensées vont à sa famille en ce moment terrible », ont-ils ajouté.

Un milicien charge son fusil lors d'une visite aux forces spéciales afghanes lors d'une mission contre les talibans dans la province de Kandahar, en Afghanistan, le 12 juillet 2021.

Le journaliste avait déclaré à Reuters qu’il avait été blessé au bras par des éclats d’obus plus tôt dans la journée de vendredi, alors qu’il couvrait l’affrontement. Il avait été soigné et se rétablissait lorsque les talibans se sont retirés des combats à Spin Boldak. Il discutait avec des commerçants alors que les talibans attaquaient à nouveau, a déclaré le commandant afghan.

Un membre des forces spéciales afghanes monte la garde alors que des soldats fouillent une maison lors d'une mission contre les talibans dans la province de Kandahar, en Afghanistan, le 12 juillet 2021.
Un membre des forces spéciales afghanes parle à un résident alors que d'autres soldats fouillent son domicile lors d'une mission contre les talibans dans la province de Kandahar, en Afghanistan, le 12 juillet 2021.

Reuters n’a pas pu vérifier de manière indépendante les détails de la reprise des combats décrits par le responsable militaire afghan, qui a demandé à ne pas être identifié avant la déclaration du ministère afghan de la Défense.

Voir l’essai photo du danois Siddiqui : L’Inde dans l’enfer du Covid-19

Prix ​​Pulitzer en 2018

Le danois Siddiqui faisait partie de l’équipe de photographes de Reuters qui a remporté le prix Pulitzer 2018 pour la photographie de reportage dans la catégorie photographie de magazine pour avoir couvert la crise des réfugiés rohingyas. Chez Reuters depuis 2010, le danois Siddiqui a notamment contribué à la couverture des guerres en Afghanistan et en Irak, la crise des réfugiés rohingyas, les manifestations à Hong Kong et les tremblements de terre au Népal.

Un civil se met à couvert alors que les forces spéciales afghanes affrontent les talibans pour secourir un policier capturé à un poste frontière de la province de Kandahar le 13 juillet 2021.
Ahmad Shah, un policier afghan de 28 ans, est assis dans un véhicule blindé de police après avoir été secouru par les forces spéciales afghanes dans la province de Kandahar le 13 juillet 2021.

Les photographies du danois Siddiqui ont figuré à plusieurs reprises dans les pages de Monde. En 2019, le journaliste a rendu visite aux victimes des attentats du 21 avril au Sri Lanka. Plus récemment, il avait couvert le sort de l’Inde, dont la population était dévastée par le rebond soudain de la pandémie de Covid-19.

Voir les photographies du danois Siddiqui : Une machine à coudre, un lit défait, un scooter abandonné… Retour sur les victimes des attentats au Sri Lanka

Le Monde avec l’AFP et Reuters