August 5, 2021

le point sur les fusions à gauche avant le second tour

Les négociations ont été lancées lundi 21 juin pour le second tour des élections régionales et départementales, après le choc d’un premier tour que deux électeurs sur trois ont déserté, une situation inédite qui a profité aux présidents de région sortants, de droite comme de gauche. . .

Si des discussions sont possibles jusqu’à mardi 18 heures pour négocier des alliances, des fusions ou des retraits de listes pour le second tour, certains candidats ont déjà arraché des accords.

  • Ile-de-France : union des trois listes de gauche

Le secrétaire national d'EELV et candidat en Ile-de-France, Julien Bayou, lors du premier tour des régionales, dimanche 21 juin, à Paris.

Tête de liste Europe Ecologie-Les Verts (EELV) en Ile-de-France, Julien Bayou a annoncé sur Twitter ont trouvé un accord avec les listes d’Audrey Pulvar (Parti socialiste, PS) et Clémentine Autain (La France insoumise, LFI). « Le changement est à portée de main. Premier voyage à suivre aujourd’hui, a-t-il prévenu en mettant en avant son alliance, pour l’écologie et la solidarité en Ile-de-France ! “

Au premier tour, il a recueilli 12,95 % des suffrages exprimés, contre 11,07 % pour Audrey Pulvar, la candidate choisie par les socialistes, et 10,24 % pour Clémentine Autain, de LFI. Loin devant, la présidente (Libres !) du conseil régional, Valérie Pécresse, soutenue par la droite classique (Les Républicains, UDI) ainsi que par certains macronistes, a recueilli 35,94 % des voix. La liste de Jordan Bardella, candidat de l’Assemblée nationale (RN), suit avec 13,12 % des voix.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régional 2021 : Valérie Pécresse favorite en Ile-de-France face à la gauche rassemblée derrière Julien Bayou
  • Centre-Val de Loire : fusion des listes PS-PCF et EELV-LFI

Le président sortant de la région Centre-Val de Loire François Bonneau, arrivé dimanche en tête du premier tour des élections régionales (24,81 %), a annoncé lundi la fusion de sa liste PS-PCF avec celle que portait EELV-LFI. par Charles Fournier (10,85%).

« Nous sommes en train de finaliser cet accord. La forme écrite est presque complète ”, a expliqué M. Bonneau, appuyant sa volonté de renouveler l’actuelle majorité régionale. « Les soldes du premier tour se retrouveront dans la liste que je vais conduire », a déclaré le socialiste depuis son local de la campagne orléanaise.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régional 2021 : en Centre-Val de Loire, l’échec de Marc Fesneau fait s’évanouir l’un des rares espoirs de la majorité présidentielle

« Un peu plus des deux tiers » la liste du second tour viendra donc de la formation PS-PCF du candidat sortant, a-t-il insisté, une proportion confirmée par l’équipe de campagne d’EELV. M. Bonneau a également annoncé sa volonté de reprendre deux éléments forts du programme EELV-LFI avancés au premier tour, citant « Une alimentation pour les lycéens, avec des produits 100% locaux » et « Un objectif commun de 30 000 logements mis à niveau énergétiquement chaque année ».

A droite et au centre, un éventuel rapprochement des listes conduites par Nicolas Forissier (Les Républicains) et Marc Fesneau (MoDem-LRM) ne s’était pas encore matérialisé à la mi-journée, selon l’équipe du député LR de l’Indre. Lors du premier tour, M. Forissier a recueilli 18,82 % des voix, derrière le candidat du Rassemblement national Aleksandar Nikolic (22,24 %), mais devant le candidat de la majorité présidentielle, le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau (16,65 %).

  • Pays de la Loire : fusion des listes écologiste et socialiste

Arrivées respectivement deuxième et troisième du premier tour des régionales dans les Pays de la Loire, la liste écologiste de Matthieu Orphelin et celle du socialiste Guillaume Garot ont annoncé leur fusion lundi après-midi. « Ce n’est pas une simple addition de voix mais une multiplication de nos forces. Chacun a mis en avant ses mesures fortes », a annoncé Matthieu Orphelin, selon West France.

Allié notamment à La France insoumise (LFI), l’ancien macroniste, qui a quitté LRM et pris la tête de la liste des écologistes, a remporté son pari et empoché la deuxième place des urnes (18,70%) et le leadership au sein des forces de gauche, devant le député socialiste de Mayenne Guillaume Garot (16,31%). Ce dernier a immédiatement reconnu sa défaite et a annoncé son intention de rejoindre M. Orphelin, assurant : « Nos projets sont compatibles sans difficulté. “

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Pays de la Loire, un quadrangulaire qui ravive les ambitions de l’écologiste Matthieu Orphelin

Christelle Morancais, présidente sortante des Républicains, devance largement ses adversaires en recueillant 34,29% des voix. Sur la base de son score, elle a dit qu’elle voulait “Pour tracer sa route” et a assuré qu’elle mènerait la bataille du deuxième tour en ramenant son équipe à l’identique.

La porte est fermée à tout accord avec le député LRM de Loire-Atlantique François de Rugy, qui a subi un cinglant revers (11,97 % des voix), arrivant en cinquième position derrière l’eurodéputé Hervé Juvin (12,53 %), candidat au Rassemblement national ( RN), en forte baisse par rapport à 2015.

  • Bretagne : pas de fusion EELV-PS

Pas de fusion en vue en Bretagne. Les écologistes ont annoncé lundi dans un communiqué qu’ils se présenteraient seuls au second tour des élections régionales. La liste « Bretagne d’avenir », qui arrive en quatrième position avec 14,84 % des voix, a déclaré avoir « A tendu la main pour construire une large majorité autour des valeurs de gauche et de l’écologie pour le second tour ». « La liste « Bretagne d’avenir » déplore l’absence de volonté d’union et regrette qu’un accord n’ait pu être conclu dans des conditions nous permettant de rester fidèles à notre socle de valeurs, à nos propositions et à la confiance accordée par électeurs”, précise le communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régionales 2021 : en Bretagne, le socialiste Loïg Chesnais-Girard dicte les négociations entre deux tours

Une alliance semblait techniquement possible avec Loïg Chesnais-Girard (PS), président sortant du conseil régional, arrivé en tête du premier tour avec 20,95% des voix. Dimanche soir, pourtant, ce dernier a d’emblée éludé tout rapprochement d’entre-tours. Une telle alliance entre EELV et le PS aurait confirmé l’avènement d’une social-écologie bretonne dessinée lors des dernières élections municipales, à Brest et Rennes notamment.

A droite, Isabelle Le Callennec (LR), avec un score timide de 16,27% des voix, se classe deuxième. Elle entend confirmer cette place dimanche prochain afin de s’imposer comme chef de file de l’opposition régionale. Le RN, que les derniers sondages annonçaient en tête de ce scrutin, a régressé, avec 14,27% des voix.

Le monde avec l’AFP

go to this site