July 25, 2021

deux Français sur trois sont restés à l’écart des urnes

Une bérézina démocratique. Jamais lors d’une élection nationale en France, hormis un référendum, l’abstention n’avait atteint un tel niveau : dimanche 20 juin, deux électeurs sur trois (66,73%) ont déserté les urnes. Sur les 47,7 millions d’électeurs appelés à voter, plus de 30 millions ont choisi de ne pas venir. Ces élections régionales et départementales confirment un mauvais penchant. Comme si la France s’était habituée à en avoir marre de sa démocratie et que les citoyens se détournaient de l’usage de son premier attribut, le bulletin de vote, pour le réduire à un simple objet sans valeur.

Élections régionales et départementales : suivez en direct les réactions et les négociations du second tour

On peut certes y chercher de multiples explications, y voir la conséquence d’une crise sanitaire qui dure depuis près d’un an et demi et qui a confiné les différents aspects de la vie sociale, économique et démocratique. De regretter, une fois de plus, que les enjeux du débat politique s’éloignent des attentes et des préoccupations de la vie citoyenne. A noter que la campagne n’aura guère permis d’éclairer la lanterne des électeurs sur ce pour quoi ils étaient appelés à voter. D’ailleurs, ces niveaux dits de proximité apparaissent aux yeux d’une grande majorité de citoyens comme des objets non identifiés ; les bouleversements institutionnels auxquels ils ont été soumis ces dernières années n’ont pas contribué à les ancrer dans le quotidien des Français.

Lire aussi Élections régionales 2021 : résultats région par région

En à peine dix ans, un élu d’un nouveau genre, le conseiller territorial, a été amené aux fonts baptismaux, décédé avant même d’avoir eu le temps de prendre ses fonctions. Le conseiller général a laissé la place à un conseiller départemental, devenu un « binôme », dans des cantons dont le nombre avait été divisé par deux, faisant doubler leur volume, au contraire. Pas sûr que l’identification ait été améliorée. Puis vint le temps du « grand » : grandes intercommunalités, grandes métropoles, grandes régions, quand, au sommet de l’exécutif, certains plaidaient pour la disparition des départements.

« Aquoibonisme »

Pour l’électeur citoyen, le « millefeuille territorial » est devenu un entrelacs opaque, le plus souvent soupçonné d’être un abîme de subventions et d’indemnités, générateur de doublons et de chevauchements, apprécié et reconnu pour les compétences exercées par chacun d’eux. ses composants.

Abstention reached 69.15% in Ile-de-France, 69.27% ​​in Pays de la Loire and 70.38% in Grand-Est.

Il vous reste 64,43 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

you can try here