August 5, 2021

L’ex-président du Parlement britannique John Bercow lâche les Tories for Labour

La sortie des conservateurs pour les libéraux-démocrates, ou des libéraux-démocrates pour le travail, a déjà été vue dans le paysage très bipartite de la politique britannique. Mais passer directement du Parti conservateur au Parti travailliste est beaucoup plus exotique. Or, c’est le transfert que vient d’oser John Bercow, l’ancien président de la Chambre des communes, qui est resté à ce poste jusqu’à fin 2019. Devenu la bête noire des Brexiters, cette gueule bruyante, infatigable défenseur des prérogatives de Westminster, a révélé sa conversion dans une interview décapante donnée à L’observateur et publié Samedi 19 juin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A la Chambre des communes, adieu au « Frank Sinatra » de John Bercow

Le parti des Tories est devenu « Réactionnaire, populiste, nationaliste et même parfois xénophobe » fustige cet homme de 58 ans, qui a débuté sa carrière politique dans les années 1980 (tout à droite du Parti conservateur). Il a été élu conférencier en 2009, mais n’a plus de mandat électif depuis qu’il a quitté ce poste prestigieux. D’autre part, M. Bercow s’est dit « Motivé par le soutien [du parti travailliste] pour l’égalité, la justice sociale et l’internationalisme (…) J’en suis venu à la conclusion que ce gouvernement [Johnson] doit être remplacé. Et le parti travailliste est le seul à pouvoir atteindre cet objectif. Il n’y a pas d’autre option crédible ».

Excellent orateur

Têtu, excellent orateur avec une voix de stentor – son « Ordeeeer ! » (« Oooordre ! ») Et ses liens colorés sont passés à la postérité – M. Bercow s’est aliéné les locataires du 10 Downing Street (d’abord Theresa May puis Boris Johnson) entre fin 2018 et fin 2019, quand il a, le à plusieurs reprises, a refusé de donner son feu vert aux votes sur des textes ou amendements pro-Brexit, rendant encore plus difficile pour Westminster d’adopter un accord de divorce entre Londres et Bruxelles.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Royaume-Uni : John Bercow, tonitruant président de la Chambre, s’impose comme arbitre du Brexit

Le camp conservateur ne le regrettera certainement pas. Andrew Bridgen, député conservateur de la circonscription du nord-ouest du Leicestershire, suggère même que son transfert est motivé par des considérations de carrière. « John Bercow a annoncé sa défection pour aller au Labour. La plupart d’entre nous pensaient qu’il l’avait rejoint il y a des années. De cette façon, il pourra être nommé pair à la Chambre des Lords, sans que le gouvernement puisse s’y opposer », a suggéré sur Twitter M. Bridgen samedi. Courant 2020, M. Bercow ne figurait pas sur la liste des personnes proposées par Downing Street pour être nommés pairs à vie – avec des émoluments confortables -, contrairement à la pratique des anciens orateurs.

Il vous reste 20,65% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

look here