June 25, 2021

L’Italie bloque un navire de secours aux migrants appartenant à une ONG allemande

Les garde-côtes italiens ont bloqué, vendredi 4 juin, dans le port de Palerme (Sicile) un navire de sauvetage de migrants appartenant à l’ONG allemande Sea-Eye pour non-respect des règles de sécurité, ont-ils annoncé samedi.

« Une inspection a révélé diverses irrégularités d’ordre technique susceptibles de compromettre non seulement la sécurité des membres d’équipage mais aussi celle des personnes qui ont été ou pourraient à l’avenir être récupérées à bord lors des opérations de sauvetage », ont indiqué les garde-côtes dans un communiqué.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Italie, les nouveaux migrants sont oubliés

Entre autres, “L’inspection a confirmé que l’équipement de sauvetage du navire est suffisant pour un nombre maximum de 27 personnes (…), ce qui signifie qu’en cas d’urgence l’équipage ne serait pas en mesure” garantir l’évacuation de toutes les personnes à bord, ont-ils ajouté, précisant que le navire faisait l’objet d’une « Immobilisation administrative jusqu’à la rectification des irrégularités constatées ».

Le navire-hôpital de l’organisation allemande était amarré au port de Palerme après avoir débarqué 415 migrants dans le port sicilien de Pozzallo et observé une période de quarantaine imposée par les autorités sanitaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Celle que j’ai laissée » : quand les mineurs isolés évoquent leur enfance perdue

« Un sauvetage en toute sécurité »

Dans un communiqué transmis samedi à l’Agence France-Presse (AFP), l’ONG allemande a dénoncé la décision des autorités italiennes à l’encontre de leur navire de sauvetage, le Sea-Eye 4 : « Comme pour les autres navires de sauvetage civils, les mêmes raisons techniques sont désormais invoquées pour mettre un terme aux missions du Sea-Eye 4 ».

« L’argument est toujours que les navires de sauvetage allemands sauvent régulièrement trop de personnes de la noyade et sont incorrectement certifiés pour cet objectif humanitaire », a dénoncé le président de Sea-Eye, Gorden Isler, cité dans le communiqué. « Notre capitaine a rempli son devoir de sauvetage en mer de manière exemplaire. Il a vu des urgences en mer et a effectué un sauvetage en toute sécurité. États de l’UE [Union européenne] peut s’en inspirer”, ajouta Isler.

Il s’agissait de la première mission du Sea-Eye 4, qui avait quitté le chantier naval de Rostock (nord de l’Allemagne) à la mi-avril pour se diriger vers la Méditerranée.

L’Italie est l’un des principaux points d’entrée en Europe des migrants d’Afrique du Nord, principalement de Tunisie et de Libye, d’où les départs sont en forte hausse par rapport aux années précédentes. Environ 15 000 personnes sont arrivées sur les côtes italiennes depuis janvier, soit près de trois fois plus qu’à la même période en 2020, selon le ministère italien de l’Intérieur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face aux migrations, aux limites et aux dérives de l’Europe forteresse

Le monde avec l’AFP

see post