June 25, 2021

L’homme qui a tué son ex-petite amie à Colmar a été mis en examen et emprisonné

L’homme qui a tué son ex-petite amie en la poussant à travers une fenêtre du huitième étage d’un immeuble jeudi à Colmar a été mis en examen samedi 5 juin et incarcéré, a annoncé la procureure de la République de la ville, Catherine Sorita-Minard.

Cet homme de 51 ans a été mis en examen pour « homicide volontaire par conjoint et placé sous mandat d’arrêt », a indiqué dans un communiqué M.moi Sorita-Minard. “Il admet les faits, indiquant avoir agi à la suite d’une dispute, dans un contexte d’alcoolisme important”, elle a ajouté. « Un juge d’instruction est désormais saisi » et « Les enquêtes se poursuivront, notamment pour interroger des témoins et des proches, et pour vérifier le planning de l’auteur et de la victime dans les instants précédant le meurtre ».

Lisez notre sondage : Les féminicides, mécaniques d’un crime annoncé

L’homme, qui avait 2,5 grammes d’alcool dans le sang, avait défenestré jeudi soir son ancienne compagne de 48 ans. Il est ensuite resté à la fenêtre pour lancer des canettes de bière en direction du corps, avant d’être arrêté sans résistance.

Tombée sur le toit d’une salle de sport en contrebas, la victime est décédée sur le coup, malgré l’intervention des pompiers et de Smur.

49e féminicide depuis janvier 2021

Selon un voisin, cité par une source proche de l’enquête, la victime a régulièrement subi des violences de la part de son ancien compagnon. Il a ainsi été condamné le 17 janvier 2019, pour « violences aggravées » sur la même personne, à six mois de prison avec sursis avec mise à l’épreuve de trois ans, rapporte le parquet. Il était suivi par le juge de l’application des peines et le service d’insertion et de probation.

« Un bilan de sa prise en charge sera réalisé, conformément aux instructions du Garde des Sceaux en la matière », a annoncé vendredi le procureur.

Selon le collectif « Féminicides par compagnes ou ex », ce drame porte à 49 le nombre de victimes de féminicides depuis le début de l’année 2021. En 2020, 90 féminicides ont été dénombrés par le ministère de l’Intérieur, contre 146 l’an dernier. an.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Il y a eu moins de féminicides en 2020 : est-ce une avancée ou une baisse liée au contexte sanitaire ?

Le drame de Colmar fait partie d’une série noire qui s’est déroulée dans le Grand-Est où, en moins de deux semaines, trois féminicides ou tentatives de féminicide ont été commis, relançant le débat sur le suivi des auteurs de violences conjugales.

Outre le féminicide de Colmar, un homme de 48 ans a tenté jeudi après-midi de tuer son compagnon dans la rue à Metz avant de se tirer une balle dans la tête après une « Explosion de violence », selon le parquet. Sa victime est grièvement blessée. A Hayange (Moselle), le 24 mai, un homme de 23 ans a poignardé à mort sa compagne en pleine rue.

A chaque fois, les victimes avaient longtemps subi les violences de leur compagnon : des plaintes avaient été déposées, certaines avaient même été condamnées pour ces actes.

Lire aussi Un an d’enquête sur les féminicides racontés par les journalistes du « Monde »

Le monde avec l’AFP

read here