June 22, 2021

la justice ordonne à l’État d’agir

« C’est une victoire historique » pour Alain Bonnec, président d’Eau et Rivières de Bretagne, fer de lance de la lutte contre les algues vertes. Saisi par l’association, le tribunal administratif de Rennes a ordonné au préfet de Bretagne de prendre, dans un délai de quatre mois, de nouvelles mesures réglementaires pour lutter contre les marées vertes.

Dans un jugement rendu le vendredi 4 juin, le tribunal considère qu’un « Le renforcement des actions mises en œuvre reste nécessaire pour restaurer la qualité de l’eau en Bretagne sur le long terme » et de « Empêcher autant que possible le phénomène des marées vertes ».

Tout en se réjouissant, Alain Bonnec a déploré la ” temps perdu ” dans un communiqué de presse : « Que de millions d’euros dans des plans « algues vertes » investis en vain faute d’une réglementation suffisante ! “

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sur les algues vertes, la Cour des comptes interroge sévèrement l’Etat et les élus bretons

Qualité de l’eau dégradée

Présentes en mer à l’état naturel, les algues vertes prolifèrent dans les baies bretonnes, où elles se nourrissent d’apports de nitrates épandus par les agriculteurs dans les champs et dont les excédents sont transportés par les fleuves côtiers.

« Le préfet de Bretagne reconnaît lui-même, pour sa défense, que malgré des résultats positifs en termes de qualité de l’eau, celle-ci reste dégradée dans certaines zones », note le tribunal, qui rappelle qu’en 2018 seulement la moitié des bassins versants avaient atteint les objectifs de « Bon état des baies ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La journaliste Inès Léraud récompensée pour ses enquêtes sur l’agro-industrie bretonne

Le tribunal demande donc au préfet de prendre des mesures pour « Maîtrise de la fertilisation azotée et gestion appropriée des terres agricoles » en amont des plages où prolifèrent les algues vertes. En outre, il ordonne également le « Définition précise d’un mécanisme de mise en œuvre de mesures réglementaires contraignantes » en cas d’échec de ceux encouragés par le plan de lutte contre les algues vertes.

Une manifestation samedi à Lorient

Ces mesures doivent être prises dans un délai de quatre mois à compter de la notification de l’arrêt à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Interrogée par l’Agence France-Presse (AFP), la préfecture de Bretagne n’a pas immédiatement donné suite.

“Nous attendons désormais du préfet qu’il prenne des mesures plus contraignantes et plus protectrices pour la ressource en eau”, a déclaré M. Bonnec. L’association Eau et Rivières de Bretagne, qui a lancé en mai une campagne contre les marées vertes, organise une manifestation sur ce thème samedi à 10h30 à Lorient (Morbihan).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Évaluer l’action publique contre les algues vertes : un enjeu

Le monde avec l’AFP

click for more info