June 23, 2021

La France veut “soutenir les réformes” en Tunisie

Le Premier ministre Jean Castex a affirmé la volonté de la France de« Soutenir les réformes » dans une « Pays ami », lors de sa visite à Tunis, mercredi 2 et jeudi 3 juin. Le voyage a été dominé par des entretiens avec le président de la République tunisienne, Kaïs Saïed, et le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, l’ouverture du Haut conseil de la coopération franco-tunisienne – une réunion économique qui se tient tous les deux ans – et un incontournable : une balade au coeur de la médina de Tunis.

La visite s’est terminée par une méditation au Musée national du Bardo, six ans après l’attentat terroriste qui y a fait vingt-quatre morts. La lutte contre le terrorisme et le contrôle des migrations devaient occuper une place prépondérante, mais elles ont été reléguées au second plan avec le retour précipité à Paris du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, suite à la répartition des effectifs d’urgence, mercredi soir.

Lire aussi L’Aïd al-Fitr confiné en Tunisie révèle des fractures économiques

Dans une Tunisie endettée, affectée par un climat politico-social difficile, M. Castex a « Surtout envie de donner quelque chose de concret », confie une source diplomatique. L’objectif était d’aider le pays à faire face à la crise sanitaire, mais aussi de « Soutenir la Tunisie dans ses réformes économiques », impératif alors que le pays sollicite un nouveau prêt de 4 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros) auprès du Fonds monétaire international (FMI).

Sept accords de partenariat

En matière de santé, la France a voulu témoigner de « Sa solidarité » en envoyant trois machines de production d’oxygène pour les hôpitaux tunisiens, auxquelles s’ajouteront dix-huit ventilateurs de réanimation, 38.000 tests d’antigènes et 4,5 millions de masques FFP2. Le pays, bien qu’en pleine campagne de vaccination, est confronté à plus de 1 500 nouveaux cas de Covid-19 par jour et une moyenne quotidienne de soixante-dix décès.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « C’est vrai qu’on se sent coupable et égoïste de partir, mais tout régresse » : la Tunisie fragilisée par une hémorragie de médecins

Les autorités ont mis en garde contre l’arrivée d’une quatrième vague, avec un pic attendu en août, au plus fort de la saison touristique. Le secteur du tourisme est au plus bas depuis deux ans : les recettes ont diminué de moitié, dans un secteur qui représentait entre 8 % et 14 % du PIB. Une campagne de vaccination des professionnels du secteur débute ce vendredi, dans l’espoir de sauver la saison 2021-2022.

C’est sur le plan économique que le chef du gouvernement français s’est voulu pragmatique. Six accords de partenariat économique d’un montant de 81,2 millions d’euros ont été signés, dont un prêt pour l’acquisition de six remorqueurs et un autre pour lutter contre les catastrophes naturelles, notamment les inondations. Le numérique a également été au centre des discussions autour de la relance de l’investissement. Grâce à la proximité géographique entre la Tunisie et la France et les compétences tunisiennes, le secteur privé du pays souhaite profiter des délocalisations imposées par les effets de la pandémie sur les chaînes de production à l’échelle mondiale.

Il vous reste 40,66 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

read here