June 22, 2021

La Biélorussie annonce une réponse aux sanctions américaines

La Biélorussie a annoncé jeudi 3 juin ses mesures de riposte contre Washington, après l’entrée en vigueur de nouvelles sanctions américaines. « Nous ne pouvons pas laisser cette approche inamicale sans attention », a déclaré le porte-parole du ministère biélorusse des Affaires étrangères, Anatoly Glaz, dans un communiqué. Jeudi, des sanctions économiques américaines sont entrées en vigueur contre neuf entreprises publiques de l’ancienne république soviétique.

Les mesures de riposte comprennent notamment « Réduction du personnel diplomatique, administratif et technique » de l’ambassade des États-Unis à Minsk et « Le durcissement de la procédure de délivrance des visas » Biélorusses, selon le communiqué. Le pays a également retiré l’autorisation de travailler sur son territoire à l’Agence américaine pour le développement international, a-t-il déclaré.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Sotchi, Poutine et Loukachenko s’opposent aux Européens

Les sanctions américaines contre neuf entreprises publiques biélorusses ont été réimposées en avril à la suite de la répression des manifestations en faveur de la démocratie et sont entrées en vigueur jeudi. À la suite d’élections contestées en 2006, Washington a interdit toutes les transactions avec ces sociétés. Le Trésor américain a ensuite suspendu ces sanctions en 2015, saluant certains progrès, mais le gouvernement américain a averti fin mars que cette suspension pourrait ne pas être renouvelée à la prochaine échéance.

Sanctions supplémentaires après le déroutement de l’avion

« Ce sont des actions illégitimes qui vont à l’encontre du droit international et visent à faire pression sur un État souverain », a dénoncé M. Glaz, estimant que ces sanctions affecteraient principalement « Citoyens biélorusses ordinaires ». La semaine dernière, Washington a annoncé qu’il travaillait avec l’Union européenne sur des sanctions supplémentaires contre le pays, à la suite du détournement, le 23 mai, par Minsk d’un avion commercial et de l’arrestation d’un opposant politique qui se trouvait à bord.

A Washington, le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price a confirmé que Minsk avait fait connaître les décisions, qui « Entrera en vigueur le 13 juin ». “Malheureusement, ce sont les autorités biélorusses qui ont amené nos relations à cela, avec leur répression implacable et croissante contre leurs citoyens”, a-t-il estimé.

L’ambassadeur américain à Minsk a été rappelé à Washington en 2008 à la demande des autorités biélorusses, après l’instauration de sanctions américaines visant le président Alexandre Loukachenko. Depuis, la mission diplomatique américaine est dirigée par un chargé d’affaires. Une ambassadrice des Etats-Unis, Julie Fisher, a pris ses fonctions en début d’année, mais elle n’a toujours pas pu se rendre en Biélorussie. « L’ambassadeur Fisher continuera à soutenir les aspirations démocratiques du peuple biélorusse et continuera à s’engager avec lui à l’extérieur [du pays], y compris avec des dirigeants du mouvement pro-démocratie, des professionnels des médias, des étudiants et d’autres membres de la société civile pour les soutenir », a assuré M. Price à la presse.

M. Loukachenko a fait face à des manifestations inédites et extrêmement massives après sa réélection controversée à un cinquième mandat en août 2020. Refusant toute concession, il a arrêté ou envoyé en exil la plupart de ses opposants et dénonce les manifestations menées par l’Occident pour le renverser.

Lire les témoignages : « Loukachenko a franchi une certaine ligne » : après le détournement d’un vol par la Biélorussie, des opposants en exil sous le choc

Le monde avec l’AFP

Click This Link