June 25, 2021

Julien Bayou, écologiste en difficulté en Ile-de-France

Arrivé au café, Julien Bayou interroge son équipe : « Est-ce que je dois mettre la cravate ? » ” De son sac, il extrait une élégante cravate noire De Fursac encore emballée dans sa boîte… puis la range à nouveau. Pour cette campagne régionale qu’il mène en Ile-de-France, le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a déjà troqué les tee-shirts contre des chemises blanches sobres, des vestes classiques, et s’est coupé les cheveux. Vendredi 21 mai au matin, à la gare de Lyon, où il doit « Echanger avec les usagers sur les transports en Ile-de-France et interrégions », pas besoin d’en rajouter.

D’autant que pour asseoir sa crédibilité, l’ancien militant de Génération Précaire et du Jeudi Noir a fait appel à Bruno Bernard, l’écologiste qui a conquis, en 2020, la présidence du Grand Lyon. La preuve vivante que « Non seulement les écologistes peuvent être élus, mais aussi être efficaces », dit le Lyonnais, détaillant les mesures qu’il a prises : « Nous avons augmenté les investissements pour les transports publics de 1,3 milliard à 2,5 milliards d’euros, notamment dans les quartiers prioritaires de la ville. ”

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Métropole de Lyon : les écologistes assument le recours à l’emprunt pour faire face à la crise et concrétiser leurs projets

Face à lui, Julien Bayou assure entre deux gorgées de café que les écologistes peuvent être plus sérieux que son principal adversaire, la présidente sortante Valérie Pécresse (ex-Républicains). « Contrairement à l’image qu’elle donne, c’est une mauvaise manager, il affirme. Il promet des sommes folles, sans rapport avec la réalité. Le Val-d’Oise, par exemple, attend toujours le milliard qu’il avait annoncé. La chambre régionale de la Cour des comptes a montré qu’avec elle, le taux d’exécution du budget d’investissement est passé en quatre ans de 72% à 58%. Pour chaque euro voté, seuls 58 centimes arrivent par terre… »

Une distribution laborieuse de tracts

Au passage, le candidat donne une égratignure à sa concurrente Audrey Pulvar, soutenue par le Parti socialiste, qui propose de rendre les transports publics gratuits pour tous. Pas raisonnable, juge Julien Bayou, « Compte tenu des besoins d’investissement et du coût d’exploitation du futur métro du Grand Paris ». Outre, « Les associations d’usagers demandent d’améliorer les transports et de développer une tarification sociale, pas gratuite », Bruno Bernard glisse.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Régional 2021 en Ile-de-France : Audrey Pulvar espère un rebond dans sa campagne

A 10h30, l’heure est venue de« Échanger avec les usagers sur les transports », comme le veut le programme. Les quinze militants et élus ont quitté la terrasse et ont pris position sur le parvis de la gare. « Doit-on prendre des photos ou distribuer des tracts ? “, demande un novice. ” Tous les deux ! “, prescrit Julien Bayou. Les photos, d’abord. Tout le monde devant la tour Gare de Lyon, avec de jolis masques verts portant le slogan « L’écologie bien sûr ! “. Parfait pour Twitter.

Il vous reste 67,92 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

great post to read