June 21, 2021

Emilia Clarke fait ses débuts dans la bande dessinée… avec des super pouvoirs menstruels !

Emilia Clarke, reconnue pour son rôle de “Daenerys Targaryen” dans “Game of Thrones”, va quitter momentanément les caméras pour s’aventurer dans le monde de la bande dessinée.

L’actrice, accompagnée de Marguerite Bennett, a écrit « MOM : Mother of Madness », une bande dessinée centrée sur Maya, une mère célibataire qui voit sa vie complètement bouleversée après avoir découvert qu’elle a des super-pouvoirs.

"MOM : Mère de la folie"
«MAMAN : Mère de la folie»

En conversation avec le magazine Variété, Emilia Clarke a avoué que MOM est né de l’idée que les mères célibataires sont comme des super-héros.

Il faut une force surhumaine pour faire tout ça. Quand tu as 30 ans et que tes amis commencent à avoir des enfants, tu te dis : ‘Oh mon Dieu. Je ne savais pas ce qu’il fallait. Merde », a-t-il expliqué.

LES SUPERPOUVOIRS DE MAMAN

Concernant les pouvoirs de Maya, ceux-ci auront une particularité, car ils se manifesteront à travers le syndrome prémenstruel, et tous les symptômes qui affectent les femmes enceintes.

“Le gonflement, la pousse des cheveux, les sautes d’humeur, l’acné, tout ça. On déteste tout ça quand ça arrive, je parle pour moi et pour toutes les personnes que j’ai rencontrées qui ont des règles”, a commencé l’actrice à expliquer.

Et puis il a ajouté, et si nous changeons cela et faisons de la période quelque chose que nous pouvons ressentir comme cette chose unique, folle et surhumaine qui se passe dans notre corps ? Quand Maya a peur, elle devient invisible, quand elle est en colère, elle a une force surhumaine. Elle peut se balancer comme Spider-Man avec ses poils sous les aisselles. “

Avec “MOM”, Emilia Clarke et toute son équipe créative composée de femmes ont cherché à féliciter la mère célibataire, qui est toujours décrite par les médias avec des adjectifs pleins de tristesse et de lutte, pour équilibrer sa vie avec un partenaire masculin.

Concernant les menstruations, l’actrice a commenté qu’il était temps de normaliser cette situation vécue par la moitié de la population mondiale.

Et bien qu’au début, Maya soit complètement gênée par ses pouvoirs, au fil de l’histoire, elle commence à normaliser leur utilisation, et même dans l’une des mini-séries de bandes dessinées en trois parties, Maya utilise des “seins gonflés” pour aider à contrecarrer un réseau de trafic d’êtres humains.

« MOM : Mother of Madness » sera publié en juillet aux États-Unis via Image Comics.